.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Ville de Gaoua : Des propriétaires de chambres closes emprisonnés


Le 10 septembre 2018, la police nationale de Gaoua a mené une opération dans la ville de Gaoua. Cette opération  a conduit à l’arrestation de prostituées et de gérants de chambres closes. Selon le substitut du procureur Seydou Nombré de Gaoua, les gérants détenus à la maison d’arrêt et de correction de Gaoua sont accusés de proxénétisme. Lisez plutôt.

 

Bafujiinfos : Des gérants de débits de boissons sont actuellement en détention à la maison d’arrêt et de correction de Gaoua. Confirmez-vous cela ?

S.N : Il y a un certain nombre de personnes qui ont été interpellées et gardez à la maison d’arrêt et de correction de Gaoua et cela dans le cadre des  activités du tribunal.

Bafujiinfos : Quels sont les motifs de leurs arrestations ?

SN: Ce n’est pas parce qu’ils gèrent des débits de boissons  puisque ce n’est pas une infraction. Ils sont soupçonnés de proxénétisme. On les reproche de recevoir des prostituées dans leurs débits de boissons suivi d’auberge. Ces personnes de sexes féminins sont dans les chambres moyennant une rémunération journalière. Ces filles s’adonnent à des actes de prostitution. C’est ce qui leur est reproché en attendant que le tribunal confirme leur culpabilité ou pas.

Bafujiinfos : Des filles aussi sont arrêtées ?

SN: C’est une opération qui a été menée par la police. Elle a conduit à l’interpellation d’un certain nombre de personnes, la plupart des prostituées ont été relaxées. La prostitution n’est pas encore proscrite mais ce sont les conditions dans lesquelles, elle s’exerce.

Bafujiinfos : Quelles sont les sanctions encourues ?

SN: Les sanctions sont contenues dans le nouveau code pénal. La peine varie entre 2 ans à 5ans de prison et une amende de 1.500.000 à 5millions. Le juge peut décider de  trouver des circonstances atténuantes mais il faut attendre le jugement.

Bafujiinfos : Est-ce que cette opération a un lien avec la fermeture des chambres closes à Batié ?

SN: Ecoutez, il n’y a pas de raison que l’on mène une chasse contre des gens à Gaoua et laisser d’autres personnes continuer de faire impunément la même chose ailleurs, c’est la suite logique de ce qui s’est passé à Gaoua. Il ne sert pas de lutter contre quelque chose à Gaoua alors que des gens peuvent se réfugier à Batié ou à Kampti.

Image d’illustration de sidwaya

Bafujiinfos : Quel est votre message à l’endroit des populations ?

SN: La situation était devenue très inquiétante à Gaoua. Il suffisait que quelqu’un ait un peu d’argent et la première chose qu’il pense faire, c’est d’ouvrir des chambres closes et faire venir des prostituées pour occuper la jeunesse dans cette activité immorale. Une jeunesse n’a pas d’avenir quand elle passe son temps à fréquenter ces lieux. Quelle éducation pour nos enfants ? Il est temps que les gens se réveillent. Le phénomène est devenu très inquiétant dans la région. Les exemples sont là avec les statistiques sur le VIH et les hépatites
A quand le jugement ?

SN: Il n’y a pas encore de date prévue mais ça ne saurait tarder.

Itw réalisée Par Dalou Mathieu Da



Articles similaires

2 thoughts on “Ville de Gaoua : Des propriétaires de chambres closes emprisonnés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *