.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Lycée professionnel Doma Somé :Quand les difficultés affectent la qualité de la formation


Le lycée professionnel régional Doma Somé ( LPRDS) est le seul établissement professionnel d’envergure régional au sud-ouest. Il a ouvert ses portes en 2013. Aujourd’hui, le LPRDS connait des difficultés à même de jouer négativement sur la fréquentation et sur la bonne formation des élèves.

Le LPRDS est le fruit de la coopération entre le Burkina Faso et la république de Chine /Taiwan, réalisé dans le cadre du programme de renforcement de la formation professionnelle (PREP). Il a une capacité d’accueil de 350 élèves et offre des formations dans les filières de l’agroalimentaire, du génie électrique, du génie mécanique et du génie civil.

Avec 114 élèves à l’ouverture, le LPRDS compte à cette rentrée scolaire 182 élèves soit plus du double de l’année scolaire écoulée. Au vu de cet effectif, la capacité d’accueil du lycée, n’est pas atteint. « Nous avons beaucoup de difficultés pour atteindre les capacités d’accueil » regrette le proviseur Charles Somda. Pour lui, plusieurs raisons peuvent expliquer cet état de fait. « Le lycée étant à ses débuts, il est peu connu du grand public de la région. Aussi, son éloignement de la ville, est un frein pour les élèves de répondre à l’appel après l’admission au concours d’entrée en première année BEP et même les recrutements en complément d’effectifs » a-t-il dit. En effet, le LPRDS est situé hors de la ville sur l’axe Gaoua-Banfora au secteur N°6. Il ne dispose pas d’un internant ni d’une cantine scolaire digne de ce nom a expliqué Charles Somda.

D’autres raisons pourraient également expliquer le manque d’intérêt pour cet établissement. Entre autres la faible industrialisation de la région, le manque de référence pour les élèves car l’enseignement professionnel n’a pas encore produit des résultats dans la région ce qui pouvait les motiver à leur emboîter le pas.  Il faut ajouter à ces difficultés, celles qui peuvent compromettre la bonne formation des élèves. En effet, certains professeurs surtout ceux des filières techniques ne résident pas à Gaoua quand bien même ils ont été affectés au LPRDS. Ils viennent le plus souvent de Ouagadougou pour dispenser les cours.

En conséquence, de nombreuses absences sont constatées a laissé entendre le proviseur. Il souhaite que les autorités prennent des dispositions pour que ces professeurs puissent résider à Gaoua afin de minimiser les absences. Le proviseur lance également un cri de cœur afin que des salles de cours soient construites pour compléter ce qui existe ainsi que l’aménagement d’un terrain de sport. Malgré ces difficultés, le LPRDS continue tant bien que mal de fonctionner. L’enseignement , la formation technique et professionnelle des élèves, la formation professionnelle initiale des apprentis, la préparation et l’accompagnement à l’insertion des formés sont entre autres les missions assignées à cet établissement. Il offre des formations de niveau CAP, BEP et BAC professionnel dans les différentes filières. Les élèves admis dans ce lycée sont soit affectés par l’Etat soit issus du recrutement en complément d’effectif.

La réalisation de ce lycée a coûté 2 800 000 000 de francs CFA dont 650 millions de francs CFA pour les équipements.

Dar Flavien DA

 

 

 

 

 

 



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *