.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Le colonel Auguste Denise Barry arrêté dans le cadre d’une enquête


L’ancien ministre Auguste Denise Barry, ministre de la sécurité sous la Transition, a été arrêté par la gendarmerie hier, vendredi 29 décembre 2017, dans le cadre d’une enquête, selon des sources sécuritaires. On lui reprocherait d’être mêlé à une tentative présumée de déstabilisation du pouvoir selon d’autres sources.

Si les sources sécuritaires se bornent à confirmer que l’ancien ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité sous la Transition a bien été arrêté dans le cadre d’une enquête, d’autres sources, généralement bien informées, ajoutent qu’il est soupçonné d’être mêlé à une tentative présumée de destabilisation du pouvoir de Roch Kaboré. D’autres arrestations pourraient même intervenir dans les jours à venir, croit-on savoir.

Ephémère ministre délégué chargé de la sécurité sous Blaise Compaoré, le colonel Barry avait rempilé au poste, en tant que ministre plein et tout puissant sous la Transition. A l’époque, certains commentaires le présentaient comme l’éminence grise de l’homme fort du moment, l’alors lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida.

Accusé à tort ou à raison de plusieurs coups tordus sous la Transition au profit de son mentor Zida, le président Kafando sera obligé de l’éjecter du gouvernement, à défaut de pouvoir se séparer du Premier ministre Yacouba Zida.

A la fin de la Transition, le colonel Barry aura du mal à se positionner dans le nouvel environnement et malgré certains pronostics qui l’annonçaient dans le gouvernement MPP, il vivra plutôt comme une quarantaine. Les choses iront même de mal en pis quand Auguste Denise Barry et certains de ses amis comme le colonel Honoré Nombré (1er vice-président du Conseil National de la Transition), voudront créer un think thank sur la sécurité. Si le Centre d’études stratégiques en défense et sécurité (CESDS) a effectivement vu le jour depuis lors, le colonel Barry serait en froid avec la hiérarchie militaire et aurait même été forcé de quitter l’armée burkinabè et se consacrerait depuis aux activités de son centre.

C’est dans cette ambiance que la rumeur de son arrestation qui circulait depuis vendredi 29 décembre est confirmée ce samedi par la gendarmerie nationale.
Affaire à suivre.

Lefaso.net




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *