.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Interdiction d’importer de la Corée du Nord : Alpha Barry s’explique


Il est désormais interdit à tout Burkinabè ou à toute personne vivant au Burkina d’importer de la marchandise à partir de la Corée du Nord. La raison a été donnée ce mardi 19 décembre 2017 par Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur au cours d’une rencontre avec les hommes de médias. Il est également revenu sur d’autres sujets.

Face aux journalistes, Alpha Barry a abordé plusieurs sujets. De la cessation de toutes relations commerciales avec la Corée du Nord à la visite de l’Emir du Qatar au Burkina, en passant par le G5 Sahel et la remise du Prix Macky Sall pour la paix au Mogho Naba Baongo, il est revenu sur les sujets majeurs de l’activité qui concernent son département.

Relation commerciale avec la Corée du Nord

A propos de l’interdiction de toutes relations commerciales avec Pyongyang, le patron de la diplomatie burkinabè a indiqué avoir été interpellé par les Etats-unis sur le non respect de la résolution des Nations unies par le Burkina Faso. « La presse américaine avait déjà relevé que le Burkina avait des relations commerciales avec la Corée du Nord. Puis les autorités américaines nous ont saisis. Lorsqu’on a fait les recherches, on a trouvé que c’était au niveau des privés. Nous avons alors informé le président du Faso et le Premier ministre. Le Premier ministre a alors instruit les ministres du commerce et de l’économie et des finances de prendre les mesures nécessaires. Pour donc se conformer aux différentes résolutions des Nations Unies, la décision a été prise de mettre fin à toute relation commerciale », a expliqué Alpha Barry.

Les importations à partir de la Corée du Nord, selon le Ministre Barry, avaient de fortes valeurs. De juin à Aout 2017, ces importations s’élevaient à près de 3,8 milliards de francs CFA. La pic a été atteint en 2015 avec 21 milliards de francs CFA. Elles concernaient essentiellement des produits pétroliers mais aussi de Combustibles minéraux, huiles, des équipements électriques et électroniques, des appareils photographiques et optiques, matériel médical, des bâtiments préfabriqués.

Mise en place de la force conjointe du G5

Avec les journalistes, il a aussi été question de la création de la force G5 Sahel notamment la mobilisation des ressources pour son financement. Il s’est réjoui de la mobilisation du budget de la première année de la force conjointe. « Nous avons eu cette réunion pour échanger sur les avancées du processus de la Coop21 et sur la mobilisation des ressources pour financer la force conjointe et ensuite est venue la partie des chefs d’Etats qui s’est tenue à Celle Saint-Cloud près de Paris avec les résultats que vous connaissez.

Dans l’ensemble, on peut dire que les résultats sont satisfaisants. Puisque l’Arabie Saoudite a confirmé 100 millions d’euros, les Emirats arabes unis ont confirmé 30 millions d’euros. Nous avions effectué en début novembre une visite d’amitié et de travail aux Emirats arabes unis et nous avions exposé la situation du G5 aux autorités des Emirats et les inviter à nous accompagner en ressources financières nécessaires pour le financement de la force conjointe. C’est une excellente nouvelle pour nous. A Bruxelles, nous avons été informés par l’Allemagne qui allait cotiser pour 10 millions d’euros. Si on fait les comptes, avec les 5 millions d’euros annoncés par les Pays Bas, on s’avance petit à petit vers le bouclage du budget qui est de 423 millions d’euros pour la première année », a-t-il laissé entendre avant d’indiquer la gestion de ces fonds, contrairement à ce qui avait été décidé par l’ONU, reviendra aux pays membres du G5 Sahel.

Remise du Prix Macky Sall et visite de l’Emir du Qatar au Burkina

Alpha Barry a aussi porté à la connaissance des journalistes de la remise ce jeudi 21 décembre 2017 à Ouagadougou du Prix Macky Sall pour la paix au Mogho Naba Baongo. En effet, l’empereur des mossi a été désigné par l’association CIRID pour bénéficier de ce prix. « C’est un prix qui est initié par une structure dénommée CIRID et parrainé par le président du Sénégal qui nous a officiellement saisi pour ce prix. Il y avait en compétition les évêques du Congo et le Mogho Naba à qui le prix sera finalement décerné pour avoir joué un rôle majeur en 2015 lors du coup d’Etat manqué. Le prix sera remis à sa majesté le Mogho Naba le 21 décembre à Ouagadougou », a informé Alpha Barry. Pour l’occasion, le Ministre des affaires étrangères du Sénégal sera dans notre pays.

Ce même jeudi 21, l’Emir du Qatar arrive au Burkina pour une visite de travail. Il va rencontrer les autorités burkinabè. Les deux parties parleront de la coopération entre le Burkina et le Qatar. Pour Alpha Barry, les sujets qui seront abordés vont couvrir la santé, les infrastructures, l’immobilier. La lutte contre le terrorisme occupera aussi une bonne place lors des échanges. « Nous sommes en train de travailler sur les accords qui devraient aboutir à des investissements dans le domaine de la santé. Ils sont prêts à financer la réalisation des centres de cancérologie au Burkina », a-t-il précisé. Il a en outre ajouté : « Nous allons parler de l’opportunité avec le Qatar dans la lutte contre le terrorisme lors de la visite de l’Emir. Déjà, pendant son séjour au Qatar, le président du Faso a posé la question des ONG qatari. Il a dit que le Burkina entendait désormais avoir un regard sur les fonds qatari en direction de notre pays notamment à travers les fondations.

Il a souhaité que tout cela passe par des structures étatiques de sorte qu’on puisse savoir réellement la provenance de ces fonds et surtout leur destination réelle pour éviter que ce soit des voies déviées pour soutenir des actions terroristes ». Il est donc clair que ce voyage de l’Emir du Qatar est porteur d’espoir pour les autorités burkinabè.

Faso.net




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *