.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Affaire V8 au conseil régional du sud-ouest: L’ODJ section poni réagit


Le vendredi 16 février 2018, le Conseil Régional du Sud-ouest a animé une conférence de presse dans le but, disent les organisateurs, d’apporter la vraie information aux populations au sujet des velléités relatives à la réparation de la voiture V8 affectée au premier responsable de la structure ; cette réparation s’élèverait à plus de 27 000 000 FCFA selon les informations diffusées sur les réseaux sociaux. Il faut préciser que selon la  même source d’information, ce  véhicule aurait déjà fait l’objet de réparations antérieures ayant couté   plus de 19 000 000 FCFA.

La section ODJ de la province du Poni a assisté à cette rencontre avec les médias.  De cette conférence, animée par le Président du Conseil Régional (PCR), Monsieur Boumouroukoun Marcel DA, il ressort que suite à une mission d’appui-conseil du ministère de tutelle de l’institution, deux recommandations portant sur la situation de la V8 ont été faites au Conseil Régional :Mettre le véhicule en vente aux enchères ; Procéder à la réparation du véhicule.

C’est pour donner une suite à ces recommandations que lors de la 1ère session ordinaire de l’année, tenue les 08 et 09 février 2018, Monsieur le président du Conseil Régional a demandé aux conseillers régionaux de se prononcer simplement pour ou contre la réparation du véhicule, après quoi un diagnostic serait fait pour déterminer le coût de la réparation si le oui l’emportait. Contrairement aux informations indiquant un montant de plus 27 000 000 FCFA autorisé par le conseil, le PCR s’est défendu en affirmant  qu’il n’a jamais été question d’un quelconque montant lors de la délibération des 08 et 09 février 2018. Il ajoutera que sur un total de 47 votants 43 ont voté pour la réparation et 4 se sont abstenus. Il a fait intervenir  dans la conférence le comptable, Monsieur Kodjan HIEN qui, d’ailleurs confirmera le montant de 19 200 000 FCFA  représentant le coût des réparations sous le mandat de ses prédécesseurs.

Se fondant sur ce qu’il appelle l’information juste, le Président du Conseil Régional (PCR) s’offusque contre ceux qui ont lancé l’alerte sur les réseaux sociaux en arguant que leur intention est de ternir l’image du premier responsablequ’il est, et partant celle des conseillers régionaux. Le PCR ira plus loin en  assignant en justice l’un des lanceurs d’alerte sur la toile en la personne de Monsieur HIEN Sié Joseph, au nom du Conseil Régional pour diffamation et injures publiques.

Après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la résistance au putsch de septembre 2015, évènements historiques au cours desquels la jeunesse s’est battue au prix de lourds sacrifices, le premier souci du PCR ne devrait pas être la poursuite devant la justice des lanceurs d’alerte mais plutôt la gestion transparente et vertueuse des deniers publics et  la  résolution des préoccupations pressantes  des populations de  la région. En guise d’exemples  de préoccupations  il y a :

  1. La construction de centres de santé en nombre suffisant dans les villages (01 village, 01 CSPS) ;
  2. La construction dans toutes les communes de salles de classe en nombre suffisant pour résorber les effectifs pléthoriques, aussi bien au primaire qu’au secondaire ;
  3. La construction de toutes les écoles sous paillote ;
  4. La réhabilitation et l’entretien régulier des pistes rurales comme celles reliant : (Gaoua – Nako ;Kampti – Djigouè ;Bouroumbouroum – Loropéni ;Gaoua – Malba ; Etc.).

Il est donc évident que la jeunesse ne permettra pas que des élus locaux s’adonnent à autant de libertés dans la gestion des ressources de l’Etat. En rappel pour ceux qui ont une courte mémoire, c’est grâce  à l’action des activistes sur les réseaux sociaux et des organisations de la société civile dont le REN-LAC, que nos députés ont été contraints en 2017 à restituer les tablettes à eux offertes en guise de cadeaux en violation flagrante de la nouvelle loi anti-corruption, par l’entreprise chinoise HUAWEI. L’acte d’assignation ainsi posé par le  Président du Conseil Régional ne vise rien d’autre que sa volonté de museler cette population et sa jeunesse qui ont le courage de mettre le doigt où ça fait mal afin de perpétuer des pratiques dénoncées sous le règne du capitaine Blaise COMPAORE.

Face à cette situation, l’ODJ :

  • Dénonce la gestion gabégique du conseil régional ;
  • Exige du conseil régional la résolution du problème du moyen de déplacement de la manière la moins onéreuse possible ;
  • Condamne avec vigueur les velléités de remises en cause de la liberté d’expression des citoyens par le Président du Conseil Régional ;
  • Soutien Monsieur HIEN Sié Joseph face à la plainte portée contre lui ;
  • Appelle la jeunesse populaire, les activistes et tout citoyen soucieux de la bonne gestion de la chose publique à continuer à dénoncer la mauvaise gouvernance et exiger de nos dirigeants une gouvernance vertueuses pour le bonheur des populations ;
  • Appelle enfin les jeunes à s’organiser avec elle pour la défense ferme de leurs droits.

Non au gaspillage des ressources de l’Etat !

En avant pour la défense du droit au contrôle populaire de l’action publique !

Vive l’organisation Démocratique de la Jeunesse du Burkina Faso !

Pain et liberté pour le peuple !

 

SECTION DU PONI

Tél. (+226) 72 70 77 24/70 81 80 66

Mail : odjponi@gmail.com

Gaoua, le 02 mars  2018

 

Le Bureau de la section



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *