.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

A la découverte de nos communes : Bousséra ou ‘’le village des on dit’’


Située à l’extrême Sud-ouest du Burkina Faso, la commune de Bousséra fait partie des dix communes que compte la province du Poni. Elle fait frontière avec la république sœur du Ghana à travers le fleuve Mouhoun.  L’équipe de Bafujiinfos s’est donnée le plaisir de vous accompagner à la découverte de cette commune. Lisez plutôt !

496 km2, c’est la superficie que mesure la commune de Bousséra. Elle est située à environ 25 km de Gaoua, chef-lieu de la province du Poni. A l’est, la commune fait frontière avec le Ghana par le fleuve Mouhoun comme frontière naturelle. A l’ouest, elle fait frontière avec la commune urbaine de Gaoua, au Nord, par la commune de Malba et de Nako et au Sud, Bousséra fait frontière avec la commune de Gbomblora. Bien avant Bousséra était rattaché à la cité des rats blancs(Gbomnlora). C’est en 1996 que Bousséra a été érigé en département et en commune en 2006.

Les premiers occupants de la commune sont des Lobis. A l’instar de l’historique général sur l’origine des Lobis, ceux de la commune de Boussera ont migré du Ghana. Les premiers arrivants ayant occupés le village de Boussera, seraient SOME Dihéri et SOME Tégban. Et, le nom ‘’Bousséra’’ viendrait de ‘’Boussôra’’, traduit du lobiri au français par ‘’on dit’’. Ainsi, Boussera pourrait également être appelé, ‘’le village des on dit’’. C’est à la recherche des terres fertiles pour l’agriculture et des zones de pâturages que ces premiers Lobis auraient migrés jusqu’à Boussera où ils se sont installés.

Aujourd’hui, la commune compte 57 villages avec 17 848 habitants.  Les populations  autochtones sont les Lobi, Birifor, Dagara. Parmi les peuples migrants que sont les Mossi , peulh, les  Dioula sont les plus anciens et sont parfois considérés comme des autochtones . Les activités génératrices de ces habitants sont essentiellement les activités de ’’petits commerces’’, de transformation des produits non ligneux (le beurre de karité, le soumbala), d’agriculture, d’élevage mais aussi d’orpaillage. En plus de l’or, la commune peut aussi compter sur son important gisement de cuivre. Des sources indiquent que le cuivre de la commune serait le plus important du pays et de la sous région.

Les services sociaux de base

La commune compte un certain nombre de service publics. Il s’agit d’une préfecture, une circonscription d’éducation de base composée de 27 écoles, de deux collèges d’enseignement général, d’un lycée départemental, et de deux centres de santé et de promotion sociale. Par ailleurs, ’’le village des on dit’’ abrite un service départemental de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique et des zones d’appui technique d’agriculture et d’élevage.

L’insuffisance d’eau potable est une des difficultés que connaissent les populations de cette commune. Dans le domaine éducatif, notons que les deux CEG sont sans bâtiments appropriés. Aussi, il existe encore trois écoles sous paillotes. Par ailleurs, le réseau routier de la commune de Boussera est dégradé et laisse à désirer.

Voici autant de défis à relever. Et les premiers responsables devront les prendre à bras-le-corps afin de donner aux habitants du village des on dit un cadre où il fait davantage bon vivre.

Narcisse SOME



Articles similaires

One thought on “A la découverte de nos communes : Bousséra ou ‘’le village des on dit’’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *