.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

N’Kouraba Ini DAMIEN YOUL: Cette dame qui se bat au soleil pour la promotion de la femme au Sud-ouest


Engagée pour la promotion de l’entrepreneuriat féminin au Sud-ouest, N’kouraba Ini Damien Youl est une femme qui se bat au soleil avec  l’Association pour la promotion féminine de Gaoua en abrégée APFG une association dont elle est la présidente pour l’épanouissement de la gente féminine. A l’occasion du 8 mars journée internationale de la femme édition 2019, Bafujiinfos fait un zoom sur cette femme modèle et son association.

L’Association pour la Promotion Féminine de Gaoua en abrégée (APFG) a vu le jour en 1990 et reconnue officiellement  en 1992. Elle est née d’une initiative des mères d’élèves du Lycée Provincial Bafuji de Gaoua qui se réunissaient régulièrement pour des travaux d’intérêt commun en faveur de leurs enfants inscrits à cet établissement: reboisement dans l’enceinte du lycée, construction de latrines, etc.. Le succès de ces retrouvailles fit naître l’idée d’un regroupement plus structuré dont les membres s’organiseraient pour mener des activités dont elles mêmes seraient les bénéficiaires. Aujourd’hui, l’association a beaucoup évolué et est ouverte à toute personne sans distinction de sexe, de race, ou de religion. Elle est apolitique et uniquement tournée vers l’amélioration de la qualité de vie de la Femme.

A ce jour l’A.P.F.G compte plus de  753 membres actifs et des milliers de sympathisants, reparti dans les sections, sous sections et villages de la région du Sud-ouest. L’A.P.F.G à l’instar des autres associations sœurs a mis en place des stratégies afin d’aider les femmes de la région du sud-ouest par l’organisation de séminaires de formation sur les droits Humains et les instruments juridiques existants. Pour les membres de cette association, c’est un cadre d’épanouissement de la femme. Grâce à cette association qui dispose d’une caisse de micro crédit, certaines femmes arrivent à avoir des crédits pour mener à bien leurs activités génératrices de revenues (AGR). De l’avis de Yéri Nicole YOUL membre de l’association, l’APFG permet aux femmes de connaitre beaucoup de choses grâce aux formations et aux crédits reçues  pour les différentes activités. Par ailleurs elle souhaite que l’association ait longue vie pour permettre aux femmes du Sud-ouest de sortir de la pauvreté.

N’Kouraba Ini Damien Youl, une femme qui se bat au soleil pour faire marcher l’APFG

Si après près  de 30 ans d’existence, l’APFG tient toujours sur ses pieds, cela est dû non seulement à l’engagement de ses membres mais surtout au dynamisme de sa présidente N’Kouraba Ini Damien Youl, une femme qui sait braver vent et marrées pour la survie de l’APFG dont elle est la présidente. Enseignante de formation et née en 1964, du haut de ses 55 ans, madame Damien Ini N’Kouraba née Youl comme pour dire que le parcours de l’APFG et la page de l’histoire de cette association en dit long, aime la marche et la lecture comme loisir. Le tô comme le savent bien préparer les femmes du Sud-ouest, est le plat préféré de notre dame APFG. Aujourd’hui incontournable dans la vie associative, madame DAMIEN a permis à l’Association pour la Promotion Féminine de Gaoua d’avoir une renommée nationale et internationale. En terme de réalisations qui contribuent à la promotion de la femme, l’APFG a crée un centre de formation professionnel pour jeune filles, a crée des activités génératrices de revenues pour les femmes, plus de 30 jardins nutritifs réalisés pour faire la promotion des produits forestiers non ligneux mais aussi les cultures de contre saison, la mise en place d’unités de productions du beure de karité, du soumbala, du dolo, du savon de pagnes tissés, l’organisation des théâtres fora de sensibilisation sur certaines pratiques néfastes telles que l’excision, le VIH/Sida, le mariage forcé, le lévirat, la dote…En somme c’est une association qui s’investi dans plusieurs domaines tels que la santé, la culture, l’économie, le social pour ne citer que cela. Tous ces efforts ont values à l’association de dame APFG d’avoir des reconnaissances et des distinctions  telles que la médaille d’honneur des collectivités, elle est aussi chevalier de l’ordre du mérite Burkinabé, l’APFG a également reçue des prix comme le prix brave femme « baramousso » de l’Onatel, le prix brave femme airtel,  le prix spécial droit de la fille et de la femme, le prix du sommet moderne pour la créativité des femmes en milieu rural, etc.

Et à N’kouraba ini Damien youl de dire que si cette association n’existait pas, il fallait la créer. « Je ne regrette pas d’avoir créé l’APFG car en renforçant les capacités des femmes, je me forme aussi » a-t-elle ajouté. Et cela est tout à fait normal car aujourd’hui dame APFG parcourt le monde avec son association. Elle est membre de plusieurs organisations internationales telles que le programme leadership au Sahel de l’université Bercler aux Etats Unis, elle est également internationale visiteurs, entrepreneure sociale à l’ONG américaine ASSOKA etc. De nos jours madame DAMIEN née YOUL pense que les filles doivent se battent pour leur propre émancipation et d’ajouter que : «  la journée du 8 mars, une journée internationale dédiée aux femmes doit être un temps de réflexion pour l’amélioration des conditions de vie et des droits de la femme voir pour l’épanouissement de la femme ». N’kouraba Damien youl est aujourd’hui à cheval entre la vie familiale et celle professionnelle et associative puisqu’elle est mariée et mère de 3 enfants.

Sansan Bertin SIB

tinosbs@gmail.com



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *