.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Gaoua: les élèves manifestent pour dénoncer le manque d’enseignants dans certains établissement de la ville


Les élèves des différents établissements publics et privés de la ville de Gaoua ont manifesté ce lundi 20 janvier 2020 pour dénoncer le manque  d’enseignants dans certains établissements de la ville. Ils ont remis au représentant du Directeur Général des enseignements post primaires et secondaires de la région du sud-ouest une déclaration contenant leurs revendications.

48 heures d’arrêt des cours, c’est le mot d’ordre lancé par les élèves des différents établissements de la ville de Gaoua pour réclamer entre autres les compositions de fin de trimestre et des enseignants dans certains établissements qui sont en manque. En effet, ils ont battu le pavé de leurs établissements respectifs jusqu’à la direction régionale des enseignements post primaires et secondaires. Ils ont remis une déclaration intitulée déclaration des élèves de la ville de Gaoua à l’intérimaire du Directeur régional qui avait à ses côtés le Directeur Provincial. Lassina OUATTARA, délégué général des élèves du Lycée Provincial Bafuji de Gaoua est l’un des initiateur du mouvement. « Notre mouvement concerne le manque d’enseignants dans les différents établissements.  Ce manque-là n’a pas commencé aujourd’hui, c’est depuis le début de la  rentrée des classes. Mais nous avons travaillé avec  jusqu’à aller en congés  et revenir. Mais le véritable problème qui se pose c’est que les vacataires qui nous donnaient le minimum de cours  sont en train de partir parce qu’ils ne perçoivent pas leur rémunération.  Comme ils sont entrain de partir, nous sommes sortis pour faire le mouvement afin d’interpeler les autorités à prendre nos préoccupations au sérieux. Nous leur demandons  de transmettre notre déclaration au Ministre pour que celui-ci sache que ça ne va pas ici » a-t-il expliqué.

A côté de ce manque de professeurs, le délégué relève  le manque de composition à la fin du premier trimestre. « On a fait le premier trimestre sans composition alors qu’il n’y a plus d’examens  blancs pour  situer les élèves en classe d’examen » s’est-il indigné. Cet état de fait s’explique par le nombre élevé d’élèves dans les classes, ce qui ne permet pas aux professeurs de les évaluer convenablement.  « Les professeurs disent que s’il faut corriger deux devoirs et revenir corriger la composition, que c’est trop pour eux. Figurez-vous qu’au Lycée Bafuji, on a seulement deux professeurs de philosophie qui tiennent les classes de  2nde,  1ère et  Tle. Imaginez, s’ils font deux devoirs plus les copies de la composition  alors que dans les classes on a des effectifs de plus de 75 élèves » a-t-il laissé entendre.

Le problème posé par les élèves est réel mais n’est pas isolé. «  Nous avons reçu la déclaration que nous allons remettre à qui de droit. Nous leur avons dit que le problème du manque d’enseignant est un problème qui est reçurent. Ce n’est pas au niveau du sud-ouest seulement, on travaille pour faire ce qu’on peut et avec ce qu’on a. On espère qu’avec l’augmentation du nombre  dans les recrutements, le problème va aller en s’améliorant » a dit l’inspecteur D. Francis PODA intérimaire du Directeur Régional. Il espère également qu’avec le recrutement des PJEN et les autres recrutements sur mesures nouvelles le problème pourra connaitre un début de solutionnement. Les élèves comptent ressortir pour manifester s’ils n’obtiennent pas gain de cause. Avant eux, ce sont les élèves de Boussera dans la même province et Legmoin dans la province du Noumbiel qui ont manifesté pour dénoncer le manque d’enseignants. Le Lycée départemental de Loropeni toujours dans la province du Poni serait également sur le point de manifester toujours pour les mêmes raisons.

Dar Flavien DA



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *