.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Somé Louise Marguérite:«Je dois ce que je suis à mon époux »


On l’appelle affectueusement tantie Margo ou madame le maire. Né le 03 septembre 1949, Louise Marguerite Somé est une femme d’ affaires et de la scène politique de la région du sud-ouest et plus particulièrement de Dano. Femme battante et de conviction, Bafujiinfos.com est allé à sa rencontre pour connaitre l’histoire de la première femme élue maire de Dano.

Bafujiinfos: Qui est Louise Marguerite  Somé ?

M.S: Je suis mariée mère de trois enfants . Je suis né le 03 septembre 1949 à Léo. Mon père était fonctionnaire et nous avons beaucoup tourné à cause des mouvements d’affectation: Gaoua, Tenkodogo, Ouagadougou, Ouahigouya. C’est à Zorgho que j’ai eu mon CEP. Après j’ai poursuivi mes études secondaires au collège Marie Reine de Tenkodogo. J’ai fait le CAP Scénographie dactylographie. J’ai continué à Abidjan ou je suis revenue avec un diplôme de scénoghraphie. De mon retour d’Abidjan à grand jean j’ai fait un essai au ministère des finances. Quelques temps après la société nationale du cinéma m’a recruté et par la suite à la banque nationale de développement en 1968. Après 18 ans de service ,il y a eu compression et c’est là qu’on m’a remercié. De là je me suis retrouvée dans les affaires avec l’ouverture de mon secrétariat public à Bobo. J’étais aussi grossiste de boisson BRAKINA, et la caisse nationale de péricuation. Là bas, je prenais du riz que je déposais dans les services moyennant quelque chose. J’ai même fait de l’importation mais les conditions n,’étaient pas favorables puisque c’était un milieu exclusivement masculin. Lorsque j’ai arrêté je me suis consacrée à mes affaires.

Il faut dire que sur le plan politique, Je suis membre du bureau politique national  du MPP et responsable provincial des femmes du Ioba.

Bafujiinfos: D’où vous est venue l’idée de construire une auberge dénommée l’auberge de Dano?

M.S: C’est une longue histoire. Mon petit frère travaillait à l’urbanisme. Il est venu avec son collègue pour le lotissement de la ville de Dano. J’ai dit à son collègue qui l’accompagnait « bienvenue à petit paris« . Ce dernier s’est moqué de moi en disant « petit paris « et il n’y a pas un endroit ou des étrangers de passage peuvent se reposer? La nuit ça m’a révolté et le lendemain j’ai fait le tour de la ville sans rien trouver. J’ai avec l’aide de Benoit somé un secrétaire à la préfecture faire tour en ville afin de voir un endroit que je voulais transformer en infrastructure d’accueil. C’est là que nous avons repérer mon actuel auberge qui était un magasin que j’ai pris en location. A l’époque c’était un petit restaurant et j’ai transformé ça en une infrastructure d’accueil. Aujourd’hui il est composé de 17chambres, un restaurant et une salle de conférence.

Bafujiinfos: Comment  s’est fait la construction?

M.S: J’ai eu le soutien de mon époux. Je n’ai pas pris de crédit. Lorsque j’étais à la Banque Nationale de Développement j’avais toujours entrepris. Par exemple j’avais à l’époque un taxi et un camion- benne que j’ai eu avec un client. J’économisais et c’est comme ça, j »ai fait la première partie de mon auberge

Bafujiinfos: Parlez nous de vos débuts en  politique ?

Au début je n’étais pas politicienne. J’accompagnais mon mari dans les villages pour les différents meeting. Je suivais juste mon mari pour l’aider à battre campagne. Entre temps il a souhaité que je m’engage dans la politique et j’ai catégoriquement refusé. Il a tout fait .Il a touché mon cousin Salvi Charles Somé, il a même parlé à ses amis de Lions club qui sont venus me voir. Ils m’ont dit par exemple que ça peut m’aider dans dans mon commerce .Ils ont pris des femmes illettrées qui font la politique et moi je suis restée à l’écart. C’est elles qui vont prendre les décisions et je dois subir .Ils ont insisté et j’ai finalement adhéré au CDP. J’ai été élue pour la première fois comme conseillère et maire élue en 2006 de la commune de Dano.

Bafujiinfos: Vous êtes la première femme élué maire de Dano. Quel bilan faites vous de votre passage à la mairie?

M.S: Ce n’était pas facile sur le plan des mentalités, une femme à la tête d’une institution communale, comme ça. Mais ce qui m’a beaucoup conforté, c’est que j’avais l’accompagnement des partenaires. Durant mon mandat j’ai eu l’aide des partenaires pour les réalisations. Je n’ai pas eu de problème avec les services déconcentrés, les Haut-commissaire, préfets et chefs de service.

Bafujiinfos: Quelles sont les réalisations que vous avez pu faire?

M.S: L’actuel hôtel de ville de Dano, le musée de la femme de Dano, le CEG communal, la construction de boutiques au marché, la gare routière. Il y’a eu beaucoup d’autres acquis que je ne peux pas énumérer.

Bafujiinfos: Encouragez vous les femmes à s’engager dans la politique?

M.S: Oui. Les femmes ont peur de la politique. Ce sont les femmes qui sont au premier plan mais au finish elles se retrouvent à la dernière place. Faire la politique requiert du courage. C’est de s’armer de courage et s’engager. Quand vous êtes dans la politique vous apprenez beaucoup. Il y ‘a des femmes battantes. Je n’aime pas m’asseoir sans rien faire. Il faut toujours faire quelque chose et je pense que les femmes ne doivent pas croiser les bras.Le combat doit se poursuivre quoiqu’il advienne.

Bafujiinfos: Avez vous reçu des distinctions honorifiques?

M.S: Oui j’ai reçu plusieurs distinctions. Le premier c’est le Chevalier de l’ordre de mérite avec aggrafe commerce. Cette décoration c’est avant que j’entre en politique, J’ai aussi reçu la médaille d’honneur des collectivités, l’ordre de mérite. J’ai également reçu des distinction avec les ambassadeurs de la paix et bien d’autres.

Bafujiinfos: Quel est le regard que vous portez sur le développement de la commune de Dano ?

M.S: Je ne peux pas me prononcer sur ça. Moi j’ai fait de mon mieux et chacun essaie de faire de son mieux.

Bafujiinfos: Votre dernier message

Je voudrais dire un grand merci à mon chers époux qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui.

Dalou Mathieu Da



Articles similaires

One thought on “Somé Louise Marguérite:«Je dois ce que je suis à mon époux »

  1. FARMA

    C’est une femme battante quand j’étais SG de la Mairie de Koper j’ai eu privilège d’échanger avec elle non seulement dans le cadre des rencontres mais aussi par l’intermédiaire d’un Grand homme, oui un grand homme qui a joué un rôle très important dans le développement de la commune de Koper; alors il s’agit de l’ancien maire de Koper Monsieur Jacques SOMDA. Je lui tire chapeau.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *