.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Région du sud-ouest : La banane, l’or vert qui nourrit son homme à Bouméthéon


La banane occupe de nos jours la troisième place dans la production des fruits après la mangue et les agrumes. Au Burkina Faso, la culture de la banane s’est particulièrement développée au cours des dix dernières années. Cette performance a été rendue possible grâce à l’adoption d’une politique de développement de la filière fruits et légumes à travers divers programmes de développement, dont le projet Dynamisation des filières agroalimentaires du Burkina (DYFAB). Cette politique est portée de nos jours par des producteurs qui s’évertuent à faire sortir de la terre des  bananiers malgré des contraintes de production difficile. Au Sud-ouest, HIEN B. Emile en est un des producteurs modèle.

Boumethéon, un village de la commune de Koper dans la province du Ioba au Sud-ouest du Burkina et  près du fleuve Mouhoun, c’est là que sort de terre une plantation de bananes de 3,5 hectares et qui force l’admiration de tout visiteur.

L’œuvre est de Emile Badirkoun. HIEN, natif de la région. Son amour pour la production agricole est vieux de plus de 27 ans. Il a eu des formations en agriculture dans des centres agricoles tels que le CFJA où il y a passé 3ans, le CPR de Djankolé où il a également fait 3ans de formation sans oublier son passage dans la coopérative agricole de Fada où il a fait ses débuts dans la production de bananes. Il a aussi  été en Indonésie ou il s’est fait former pendant 2 mois en agriculture irriguée. Depuis 2008  M. HIEN a fait un retour à ses origines où il s’est basé à Bouméthéon tout en se lançant à fond dans la production bananière. Son objectif dit-il est d’ « amener les jeunes de sa localité à s’intéresser à la production de banane car c’est une activité qui contribue à lutter contre la pauvreté et l’insuffisance alimentaire ». Le type de banane produit aujourd’hui par notre producteur  modèle est la « petite naine » car ce type de banane résiste plus aux aléas climatiques et aux maladies.

Pour le Directeur provincial de l’agriculture du Ioba Placide T. HIEN, c’est un agriculteur posé qui suis les conseils des techniciens. C’est d’ailleurs un producteur bien apprécié du monde paysan en ce sens qu’ « il a été mis en exergue lors du 11 Décembre Gaoua 2017 en ce sens que c’est avec son bananier que le ministère de l’agriculture a défilé à l’époque », nous précise le directeur provincial de l’agriculture du Ioba.

Le bananier et la production des bananes

Contrairement aux apparences, le bananier, n’est pas un arbre (il n’est pas lignifié) mais une plante herbacée géante appartenant aux monocotylédones. La plante est composée d’un rhizome (tige souterraine) d’où sortent les feuilles. La partie aérienne est constituée de feuilles de grande taille dont les bases charnues sont toutes enroulées ensemble et forment un pseudo-tronc. Le pseudo-tronc est formé par des couches concentriques de gaines de feuilles. Un unique méristème apical produit d’abord les feuilles, puis une induction florale transforme ce méristème en bourgeon floral, appelé popotte, qui donnera l’inflorescence. Ce bourgeon est composé de spathes (les spathes sont des bractées membraneuses ou foliacées) qui enserrent les fleurs, il est situé à l’extrémité de la tige florale. Au cours de la croissance du bourgeon, les spathes vont se recourber et le plus souvent tomber au sol, laissant apparaître les fleurs puis les bananes. Au su de cette croissance, la production de banane engendre des difficultés que sont entre autres la mauvaise pluviométrie, la cherté des produits pour le traitement de la plantation, le manque de matériels appropriés pour la production et surtout le développement d’un parasite ou autre maladie touchant cette variété qui engendre des conséquences catastrophiques sur la production nous a expliqué notre producteur.

La production de banane, une activité qui nourrit son homme

Malgré les difficultés qui entravent la bonne production bananière, M. HIEN B. Emile dit faire de bonnes affaires. Avec ses 3,5 Ha emblavés pour produire de la banane, il dit s’en sortir annuellement avec environs 7millions de francs CFA à l’hectare soit plus de 20 millions de chiffre d’affaire annuel dans sa production. Pour lui, la terre ne ment pas et il faut que les jeunes acceptent s’adonner à cette production. Il demande par ailleurs au gouvernement d’accompagner non seulement les producteurs de bananes avec le matériel agricole en occurrence les motos pompes, les intrants, la tuyauterie mais aussi de penser à faire des champs écoles où les jeunes pourront se former à produire la banane. Ainsi on pourra réduire le taux d’importation de ce produit qui entre dans l’alimentation des populations du sud-ouest voire du Burkina en générale. La culture de la banane a de nombreux avantages : la croissance de la plante est rapide (il peut ne s’écouler que 9 mois entre la plantation et la première récolte), la plante est pérenne, ce qui n’oblige pas à semer chaque année, et surtout la production n’est pas saisonnière. On peut récolter des bananes toute l’année, et c’est l’une des raisons qui fait que la banane est très utilisée comme base alimentaire dans nos ménages.

Sansan Bertin SIB

tinosbs@gmail.com



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *