.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Campagne agricole 2018-2019 dans le sud-ouest : Le gouverneur a rendu visite aux producteurs


Ce vendredi 21 septembre 2018, le gouverneur de la région du sud-ouest représenté par M. Salif ouattara, Secrétaire général de la région et l’équipe de la direction régionale,  a initié une sortie  terrain dans les provinces du Poni et du Noumbiel pour suivre l’évolution de la campagne agricole 2018 et encourager les différents acteurs. Cette sortie de terrain s’est axée sur trois sites, dont deux Champs écoles de productions et un champ d’exploitation d’un agriculteur.

Poniro, c’est le nom du village abritant le premier site visité. A cet endroit situé dans la commune de Kampti, à environ 35km de la ville de Gaoua, la direction régionale de l’agriculture, à travers ses agents techniques sur le terrain a entrepris un Champ école de producteur (CEP) du niébé.  Entre autres objectifs de ce CEP, informer et former les producteurs de façon participative sur l’itinéraire technique de production du Niébé, amener les producteurs à utiliser les semences certifiées du niébé et faciliter l’adoption de cette culture dans la région. Cette école permet de mettre en évidence les avantages que les producteurs ont à suivre les pratiques techniques par rapport aux pratiques paysannes. Après avoir visité cette école, le SGR a transmis les remerciements et encouragements du gouverneur et du gouvernement. Par ailleurs, M. Salif Ouattara a invité les producteurs à suivre les conseils des techniciens pour des rendements plus accrus.  Avant d’embarquer pour le deuxième site, situé à Lantara, toujours dans la commune de Kampti, M. Ouattara a procédé à une remise d’intrants aux producteurs, en guise d’accompagnement.

Sur le site de Latara, la délégation a visité l’exploitation de champ de maïs de variété Massongo de M. PALE Sansan Sifilè. Cette exploitation est un modèle. Elle est à un stade de floraison/maturation et  présente un bon état phytosanitaire. En effet, Sansan a bénéficié et mis en pratique les conseils des agents techniques de l’agriculture. Il a également bénéficié d’un appui en équipement agricole, à savoir un tracteur, des charrues, des semences certifiées. Sur une superficie emblavée de 10 ha, ce producteur entend obtenir un rendement de 3tonnes à l’hectare. Ce qui lui permettra, en plus de la mise à location de son tracteur, d’obtenir un bénéfice brut de 3 353 000 F CFA en fin de campagne. Afin de  moderniser davantage son agriculture et accroître son rendement, M. PALE lance un appel à plus d’accompagnement. En attendant que cette doléance soit mise en pratique, sur place, il bénéficie de plusieurs sacs d’intrants.

A Dongolona, dans la commune de Midebdo (province du Noumbiel), c’est une école de lutte contre les Chenilles légionnaires d’automne (CLA) que l’on découvre. Ce CEP cherche à former et informer sur les bonnes pratiques de production de maïs, sur  l’identification, la biologie et l’écologie ces Chenilles. Mais aussi d’aider à reconnaître les dégâts causés par la CLA, évaluer l’efficacité les technologies de lutte contre la CLA afin d’adopter les bonnes pratiques de la lutte contre la chenille légionnaire. Ici, quatre techniques de lutte contre cette chenille sont en expérimentation. Il s’agit de la technique de l’eau (bonne pluviométrie), de la cendre, du sable et celle de l’huile de neem. La chenille légionnaire d’automne viendrait des œufs d’un papillon nocturne.

De l’avis du SGR, en dépit de toutes les difficultés, la saison agricole se déroule très bien d’une façon générale. Et cela est à mettre à l’actif des agriculteurs  mais aussi des agents techniques d’agriculture. Et au directeur régional de l’agriculture, M. Albert Traoré de renchérir en corroborant la satisfaction générale de la campagne agricole, mieux, si les pluies se prolonge un peu plus.

Quant aux agents terrains en charge de l’agriculture, ils lancent un appel au gouvernement à plus d’efforts. Il s’agit de doter les agents de motos afin qu’ils puissent assurer un encadrement plus rapproché des agriculteurs, de construire ou réhabiliter les bâtiments administratifs sur le terrain et de travailler à améliorer et faciliter la dotation des intrants.

SOME Narcisse



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *