.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

JOURNEES PARLEMENTAIRES DE L’UPC/RD : des recommandations pour mieux structurer l’exploitation de l’or


Le groupe parlementaire UPC/RD dernier né des groupes parlementaires a tenu du 4 au 6 mars 2018 à Gaoua ses premières journées parlementaires. Les échanges ont porté sur deux thématiques : « Exploitation de l’or : employabilité des jeunes et économie verte : cas de la région du sud-ouest » et « stratégie de développement touristique et culturel au Burkina Faso : cas de la région du Sud-ouest ». Les députés ont fait des recommandations pour mieux structurer ces secteurs afin qu’ils répondent aux attentes des populations.

« C’est désormais une tradition qu’à l’orée de chaque session, chaque groupe parlementaire se penche sur une problématique  présentant un intérêt certain pour les populations de notre pays » a dit le président du groupe Daouda Simboro pour situer le cadre de ces journées. Et c’est Gaoua qui a été choisi pour abriter les premières journées de ce groupe qui a pour maître mot la liberté d’expression et la liberté de vote. Elles se sont déroulées du 4 au 6 mars 2018 autour de deux problématiques majeures. La première est relative à l’exploitation de l’or en rapport avec l’employabilité des jeunes et l’économie verte et la seconde se penche sur la stratégie de développement touristique et culturel au Burkina Faso. « Si ces deux thématiques concernent aujourd’hui l’ensemble de notre pays, les attentes y relatives se posent avec plus d’acuité dans la région du sud-ouest » a ajouté le président du groupe parlementaire UPC/RD. La région du sud-ouest est l’une des régions qui abritent le plus de sites d’exploitation artisanale d’or. Mais les retombées de ces sites sur la vie des populations restent très faibles. En plus cette exploitation artisanale de l’or est devenue aujourd’hui pour les populations source de nombreux maux : les maladies, la dépravation des mœurs, la dégradation de l’environnement, la pollution des eaux etc. Le groupe parlementaire UPC/RD, en se basant sur la région du sud-ouest, propose d’examiner les conditions dans lesquelles l’or est exploité surtout artisanalement, le potentiel de création d’emplois encadrés et pérennes et l’incidence sur l’environnement et la soutenabilité de cette pratique pour les générations futures. En ce qui concerne le tourisme, le potentiel existe mais est peu exploité ce qui fait que la région ne draine pas de touristes. L’ignorance de cette opportunité a fait dire au député Kodjo Jacques Palenfo que les pays, même les plus nantis en ressources minérales et minières ont compris que ces ressources sont épuisables et qu’il est impérieux pour soutenir leurs économies de susciter et développer d’autres niches économiques. Le tourisme et les activités culturelles resteront toujours de véritables mines inépuisables à exploiter a-t-il ajouté. Des recommandations ont donc été faites par les députés afin que les deux problématiques développées puissent répondre aux attentes des populations. Il s’agit entre autres de développer une stratégie de  valorisation de l’exploitation minière à petite échelle pour accroître ses effets positifs sur l’économie tout en réduisant les dommages sur l’environnement et le social, créer un bureau non étatique de suivi des impacts environnementaux, sanitaires et sur l’eau de l’industrie minière, adopter des stratégies régionale et communale pour le développement et la promotion du tourisme et de la culture, dotée d’une capacité d’anticipation dans la gestion du développement culturel et touristique.

Une série de discours a marqué l’ouverture des travaux de ces journées parlementaires. Tous ceux qui se sont succédé au parloir ont déploré les attaques terroristes du vendredi 2 mars 2018. Une minute de silence a été observée en la mémoire de ceux qui ont perdu la vie dans cette attaque. Daouda Simboro pense que nous ne devons pas donner l’impression à ces terroristes qu’ils nous ont ébranlé. «  Si nous avons conservé la date initiale de ces journées, cela est dû à une raison précise.Nous refusons de nous plier aux désirs de ces monstres de terroristes dont l’unique but est de briser notre société, de lui inculquer la peur et les pleurs de changer nos modes de vie. Nous ne plierons pas». Il a par ailleurs rendu hommage aux forces de défense et de sécurité. Il a également invité les burkinabè à l’union sacrée en ces moment difficiles. Des représentants des groupes parlementaires CDP et MPP ont assisté à l’ouverture des travaux.

Les députés se sont rendus le 4 mars sur le site d’orpaillage de Djikando pour constater par eux-mêmes les problèmes que vivent les orpailleurs. C’est par la visite des ruines de Loropéni  le 6 mars que se sont achevées ces journées parlementaires.

                                                                                                                                                            Dar Flavien DA




One thought on “JOURNEES PARLEMENTAIRES DE L’UPC/RD : des recommandations pour mieux structurer l’exploitation de l’or

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *