.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Entreprenariat : Moussa OUEDRAOGO ce jeune qui veut finir avec l’importation du poisson frais à Gaoua


La pisciculture ou l’élevage des poissons, est un secteur d’activité encore au stade embryonnaire au Burkina Faso. A Gaoua , Moussa OUEDRAOGO s’est lancé dans l’élevage des poissons. Il  ambition mettre fin à l’importation du poisson dans la ville de Gaoua et dans les autres localités de la région du sud-ouest.

Il est 9h, lorsque nous arrivions à Tonkar village situé à 6 km de la ville Gaoua. Ici Moussa OUDRAOGO en plus de son profil de commerçant, exploite une superficie d’environ 2 hectares pour l’élevage des poissons. Une activité qui jusque-là reste peu développée au sud-ouest du Burkina qui pourrait pourtant être une réponse à l’insécurité alimentaire et au chômage des jeunes. « C’est dans le soucis d’améliorer l’approvisionnement de la ville de Gaoua en poisson frais que je me suis lancé dans la pisciculture. Si vous remarquez tout vient de l’extérieur. A travers cette activité j’entends apporter un plus à ma façon » a soutenu le pionnier comme il se fait appelé de la pisciculture à Gaoua.

Une initiative née grâce aux réseaux sociaux Ne dit-on pas que « vouloir c’est pouvoir ». Moussa OUEDRAOGO a bien compris cela et a fait sienne cette maxime « J’ai pas officiellement eu une formation en tant que telle. Je me suis formé à travers internet. J’ai regardé des vidéos des gens qui ont entrepris ce travail. Au fur et à mesure que j’avance je corrige les failles et c’est comme çà j’ai pu réaliser le premier bassin. » a indiqué M.OUEDRAOGO. En 2 ans de production la ferme piscicole de Moussa OUEDRAOGO a produit environ 300 kg de poisson dont les principales variétés sont les carpes et silures.

Des résultats atteints grâce au courage et à la détermination a-t-il dit « Tout début n’est pas facile surtout que cette activité est peu connu et très peu pratiquée. Il a fallu que moi-même avec les expériences tirées sur le net que je construise les bassins que vous voyez. Et pour une activité de ce genre il faut être vraiment disponible et avoir un minimum pour progresser. » Si l’élevage des poissons augure d’un avenir prometteur, de nombreux défis restent à relever nous confie cet entrepreneur piscicole, un des pionniers de la pisciculture à Gaoua. « Le défis majeur auquel je suis confronté c’est l’alimentation des poissons. Au burkina, très peu de gens en fabrique. On est donc obligé de les alimenter avec du son de la bière locale et d’autres aliments qui ne sont forcément pas adaptés. Il y a aussi le problème des alevins, et du matériel adéquat pour mener à bien cette activité » Face aux difficultés auxquelles la pisciculture est confrontée, Moussa OUEDRAOGO ne compte pas baisser les bras. Il lance un cri de cœur à l’endroit des autorités à soutenir les efforts des producteurs tant sur le plan du renforcement des capacités que matériel et financier pour l’atteinte de meilleurs résultats. A la jeunesse, il l’invite à s’investir dans son propre business dans un contexte où le pays se trouve confronté à la problématique de l’emploi.

SIE MICHAEL DAH



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *