.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Région du Sud-Ouest : Les acteurs du secteur privé sensibilisés sur la nouvelle la loi portant organisation de la concurrence au Burkina Faso


Le ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat à travers la chambre de commerce et d’industrie du Sud-Ouest a organisé un atelier de sensibilisation des hommes et femmes d’affaire du Sud-Ouest. Il a porté sur la nouvelle loi qui règlemente la concurrence au Burkina Faso. C’était le lundi 20 mai 2019 à Gaoua dans la salle de conférence de l’hôtel Nongtaaba.

Des dizaines d’hommes et femmes, acteurs économiques issus des quatre provinces de la région du Sud-Ouest ont bénéficié de quatre communications au cours de cet atelier.

Le mot de bienvenue a été prononcé par le Président de la délégation consulaire du Sud-Ouest, Moussa OUEDRAOGO. Après, place au premier communicateur, Fousséni KONE, directeur régional du commerce de l’industrie et de l’artisanat des Hauts-Bassins. Il a présenté le rapport sur l’état de la concurrence au Burkina Faso. De ce rapport, il ressort qu’une enquête a été menée en 2017 avec les responsables d’entreprises dans les 13 régions du pays. 50% des enquêtés pensent que le climat de la concurrence au Faso est acceptable, pour 39% il est déloyal, tandis que 10% trouvent qu’il est sain.  Et les pratiques qui nuisent à la concurrence saine selon les mêmes acteurs sont entre autres la position dominante, les ententes illicites, la vente à perte, les publicités mensongères et autres.  De ceux qui trouvent qu’on leur a fait du tort dans la concurrence, seulement 14% ont porté plainte. Cependant tous s’accordent à faire des propositions en vue d’améliorer le climat de la concurrence. Elles se résument à la sensibilisation des acteurs du secteur privé, à l’application des lois en la matière et de la révision des textes.

La deuxième communication a été livrée par  un membre de la Commission Nationale de la Concurrence et de la consommation, Daouda OUEDRAOGO. Dans son exposé, il a présenté la loi 016-2017 AN du 17 avril 2017 portant organisation de la concurrence au Burkina Faso et son apport. Monsieur OUEDRAOGO a énuméré les pratiques interdites et nuisibles à la concurrence dans le monde des affaires. Il n’a pas manqué d’évoquer les sanctions prévues par cette loi. Elles vont de la sanction pécuniaire en passant par l’emprisonnement à l’interdiction d’exercer.

Une communication pour inciter à l’investissement a été faite aux participants par Gaoussou KOBE de la Direction Générale du Développement des Industries (DGDI). Il s’est agi d’exposer sur les dispositifs clés du nouveau code des investissements. Lequel code rassure de l’accompagnement de l’état. Les différents taux d’exonération sont proportionnels au capitalet à la zone d’investissement.Il a indiqué que les activités éligibles au code des investisseurs sont les domaines de la production, la conservation, la transformation les prestations de service les formations techniques et professionnelles, les énergies renouvelables, etc.

Le chef du service Guichet Unique de Commerce, Inoussa SAWADOGO, le 4ème communicateura expliqué les textes qui régissent du commerce au Burkina Faso.

Pour le Président de la délégation consulaire régionale du Sud-ouest, Moussa OUEDRAOGO, cet atelier répond à un besoin pressant. « En tant que commerçants, notre plus gros problème ici au Sud-Ouest est qu’il nous manque de formation. Les commerçants ne se formalisent pas. Et il y’en a qui ont des papiers falsifiés ou qui sont endettés vis-à-vis des impôts. Ainsi quand ils postulent à des marchés ils ont moins de chance d’être retenus » indique MoussaOUEDRAOGO. Il est par ailleurs reconnaissant au ministère du commerce pour l’organisation de cet atelier.

Cette rencontre a été l’occasion pour les acteurs du secteur privé du Sud-ouest de tenir la deuxième session du cadre de concertation des associations du monde des affaires (CAMA) du Sud-Ouest. Le thème central et les sous-thèmes choisis pour les échanges état-secteur privé ont été expliqués par le directeur régional du commerce, de l’industrie et de l’artisanat du Sud-Ouest .Des fiches de recueil des préoccupations et recommandations ont été remises aux représentants des entreprises et structures de la région. La rencontre régionale étant prévue pour le 03 juin 2019, ce sera l’occasion de faire la synthèse.

Lassina COULIBALY



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *