.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Réconciliation nationale : Le président du HCRUN chez le chef de Canton de Gaoua.


Une délégation du Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN),  conduite par son président Léandre BASSOLE était dans les locaux de  chefferie de canton  de Gaoua ce jeudi 16 juillet 2020.  Elle était accompagnée par le Haut-commissaire du Poni, représentant le gouverneur en mission. Au menu des échanges avec le chef de canton Yari OUSSE, la réconciliation nationale. A travers cette visite, Léandre BASSOLE et son équipe dit être venue  recueillir les avis, propositions  et conseils  de la chefferie traditionnelle.

Le Burkina Faso a besoin d’une réconciliation nationale, et les chefs coutumiers ont un grand rôle à jouer. C’est la conviction du président du Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN), qui a effectué une visite chez le chef de canton de Gaoua. L’objectif de cette sortie est de recueillir ses suggestions et conseils pour une réconciliation véritable des fils et filles du Burkina Faso.   « Il s’agit pour nous de recueillir l’avis de la chefferie traditionnelle sur cette grande question  qui est aujourd’hui non seulement un impératif mais aussi une obligation. Nous voulons  partager avec eux  la vision qui est  celle du  HCRUN. Ils peuvent en plus de  ce que nous nous entrevoyons comme approche qui doit nous conduire à une réconciliation apaisée faire des propositions de par leur expérience en allant puisé dans leur tradition » a dit Léandre BASSOLE.

La démarche du HCRUN qui consiste à approcher les autorités coutumières a été appréciée par le chef de canton de Gaoua qui a écouté avec intérêt l’exposé sur le mandat de l’institution et sur les autres questions pouvant éprouver la cohésion sociale dans notre pays. Il a salué l’initiative  et a demandé que l’accent soit mis sur l’éducation de nos enfants. « La restauration de l’autorité de l’état et le retour à nos valeurs fondamentales pourraient aider à la cohésion sociale, à la réconciliation.  On peut être sévère sans être méchant.» a laissé entendre le chef de canton Yari OUSSE.


Il dit être  disponible  à renouveler au HCRUN , tout son soutien et lui a demandé d’accélérer le processus « Tous autant que vous êtes ici, y compris ma personne, nous devons cultiver l’amour du prochain , aimer sa patrie » a martelé le chef de canton.Les échéances  électorales sont prévues pour le 22 novembre 2020,  le président  du  Haut Conseil pour la Réconciliation et l’unité Nationale (HCRUN) a au cours de  cette visite saisi cette opportunité pour partager avec le chef de canton les préoccupations de sa structure en prélude à la campagne électorale qui s’annonce.  « Nous  voulons parler de politique,  dans la mesure où  ce qui va se passer pendant cette période  va influencer négativement la conduite de notre mission. La période électorale doit être une période de paix, allez à la conquête des postes électifs, ne faites pas de nous des ennemis. Nous souhaitons que tous ceux qui vont s’engager dans cette bataille qu’ils cultivent des langages de paix, poser des jalons de paix » a souhaité Monsieur BASSOLE. En plus des autorités coutumières, les jours à venir le HCRUN ira à la rencontre des autorités religieuses sur la même problématique.

 Victorien DIBLONI



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *