.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Journée mondiale de l’enseignant: Il n’y a pas eu de marche à Gaoua mais…


Le 5 Octobre de chaque année est la journée dédiée au monde de l’enseignant. A  l’instar  des autres provinces du  Burkina Faso, les enseignants du préscolaire, du primaire, du post-primaire et du secondaire de la province du Poni ont célébré cette journée.  La coordination provinciale des syndicats de l’éducation du Poni est allée remettre une enveloppe contenant une déclaration et  une plate forme minimale au Haut-commissaire du Poni monsieur Ram Joseph Kafando.

Les enseignants de la  province du Poni  ont  respecté le mot d’ordre  lancé par la coordination nationale des syndicats de l’éducation  pour  la marche suivie de meeting  sur l’étendue du territoire national du Burkina Faso. Très tôt le matin, le personnel de l’éducation nationale du Poni a répondu à l’appel de la coordination provinciale des syndicats de l’éducation ce 5 octobre 2018 consacré à la journée mondiale de l’enseignant .Mais une pluie bienfaisante a empêché la marche. C’est après une pluie que les différents responsables des syndicats signataires ont fait le déplacement du Haut-commissariat  du Poni pour remettre leur message au premier responsable de la province monsieur Ram Joseph Kafando .

Pour SANSAN BIENVENU DAH, le 27 Janvier 2018 un protocole d’accord est signé entre les deux parties en présence des responsables coutumiers, religieux et des associations de Parents  d’élèves (APE), mettant ainsi fin à la longue grève qui paralysait le système éducatif et qui inquiétait de plus en plus les populations du Burkina Faso. « Avec la signature de ce protocole, le gouvernement a promis de  tenir parole en fin septembre par l’exécution de certains points de cet accord a-t-il martelé. Malheureusement le gouvernement a répondu par le mépris, les propos dilatoires, les tentatives de divisions des travailleurs de l’éducation en s’attaquant prioritairement à certains points de la plate-forme au détriment de l’essentiel » a-t-il poursuivi.

Les questions d’avancement, de reclassement, du statut valorisant, de la bonification d’échelon, de l’échéance fin septembre pour le rappel indemnitaire, le trousseau pédagogique n’ont pas trouvé satisfaction. C’est pourquoi la CNSE, très engagée pour l’application stricte du protocole, a  interpelé le gouvernement en prenant des mesures fortes comme la marche –meeting du 05 octobre 2018 en marge de la commémoration de la Journée Mondiale de l’Enseignant en attendant d’éventuels mots d’ordre de grève les jours à venir.  Ainsi la coordination provinciale des syndicats de l’éducation pour répondre à l’appel de la CNSE invite le gouvernement à s’assumer.   Les explications fallacieuses autour des questions sécuritaires ne sauraient justifier leur incapacité à résoudre les problèmes de l’éducation. Elle invite par conséquent tous les camarades à la détermination et à la mobilisation pour la défense du protocole d’accord et pour une éducation de qualité.

Recevant le message des syndicats de l’éducation du Poni, le Haut-commissaire,   Ram Joseph Kafando a rassuré les responsables des syndicats que le message sera remis à qui de droit. Il dit avoir espoir que les autorités en charge de l’éducation prêteront une oreille attentive à l’application du protocole d’accord avec les syndicats de l’éducation pour éviter d’éventuelles perturbations de l’année scolaire 2018-2019.

SANSAN  DIOLOMPO



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *