.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Commune de Nako: La ruée vers un site d’or à Boukéro inquiète


 La commune de Nako est la nouvelle attraction des orpailleurs. La présence massive des orpailleurs inquiète et des appels à l’endroit des autorités sur les réseaux sociaux ne cessent de croitre. Certains internautes estiment que la situation sécuritaire n’est pas favorable à une telle activité. En attendant de plus amples informations avec les autorités communales, le correspondant de bafujiinfos a fait un tour sur le site d’or de Boukéro situé à 15km du chef lieu de la commune.
Depuis le début de cette semaine, on assiste à une migration importante d’orpailleurs sur le site de Boukero, village situé à 15 km de la commune de Nako. Tôt le matin et ce jusqu’au soir, on assiste à un balai incessant et impressionnant de vas et viens de tricycles et de véhicules communément appelés «dina» chargés d’orpailleurs en direction dudit village à la quête du précieux métal jaune. Depuis le 15 janvier 2020, les activités d’orpaillage ont repris sur le site. Ce vendredi 24 janvier, nous avons fait un tour sur le site.
C’est une véritable marée humaine qui a investi les lieux. Nous dénombrons au moins plusieurs centaines de personnes. Pendant que les uns sont à la tâche dans des galeries atteignant parfois la trentaine de mètres, les autres s’affairent autour de la restauration et du petit commerce de tout genre. Armés de pioches et de pelles, les orpailleurs remuent le sol pour extraire le précieux sésame. Pendant ce temps, les tricycles et les véhicules vont et viennent à une vitesse cadencée. Il y a tout de même lieu de faire observer que la police et la gendarmerie font un travail minutieux de fouilles des personnes et des bagages à chaque passage d’un tricycle ou d’un véhicule.
En attendant de plus amples informations avec les autorités communales et administratives,  la vigilance et la collaboration avec les forces de défense et de sécurité est recommandée.
En rappel, ce site d’or a été découvert l’an passé pratiquement à la même période puis refermé quelques mois plus tard du fait du contexte sécuritaire.
Mahamadou Dicko correspondant communal


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *