.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Visite du 1er Ministre: un chapelet de doléances égrenées par  les forces vives de la province du Poni


Le Premier Ministre Christophe Joseph Marie DABIRE accompagné des membres de son gouvernement a effectué du 14 au 15 février 2020 une visite dans la région du sud-ouest. Cette visite a conduit le chef du gouvernement dans les différentes provinces de la région. C’est Gaoua, chef-lieu de la province du Poni qui a été la dernière étape de cette tournée. Ce face à face a  permis aux forces vives de la province de soumettre leurs préoccupations au Premier Ministre qui a sans langue de bois apporté des réponses appropriées.

C’est un amphithéâtre de l’ENEP de Gaoua archicomble qui a  accueilli  le Premier Ministre et  sa délégation pour cette rencontre avec les forces vives de la province du Poni.  Et le chef du gouvernement n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance par rapport à cette mobilisation exceptionnelle. « C’est un véritable plaisir d’être avec vous aujourd’hui. J’ai été édifié par l’accueil qui m’a été réservé depuis mon arrivée » a-t-il dit d’entrée de jeu. Pour ce qui est de cette rencontre d’échanges, le chef du gouvernement dira qu’il n’est pas venu faire un exposé, ou parler à la place des autres, il est venu écouter. Et les forces vives de la province ne se sont pas fait prier pour présenter au premier ministre une panoplie de doléances. Le représentant des jeunes, des femmes, des anciens, des élus nationaux et  locaux ont tous pris la parole.  Après les remerciements et les encouragements à l’endroit du gouvernement dirigé par Christophe Joseph Marie DABIRE, chacun a égrené son chapelet de doléances. Pour  aussi bien les jeunes  que les femmes, les préoccupations se résument au renforcement des capacités des acteurs, l’amélioration des conditions d’octroi de prêt mais aussi le bitumage de l’axe Gaoua Batié, l’amélioration du plateau technique du CHR de Gaoua avec l’affectation de médecins spécialistes, la réalisation de forages entre autres.
Les élus locaux eux, sont allés plus loin en demandant la transformation des CSPS des chefs-lieux des communes en centres médicaux, la construction de CSPS dans certaines communes pour désengorger l’existant, la dotation des communes en ambulances, la réalisation d’un pont sur le Mouhoun pour relier la province à la république sœur du Ghana, etc. Les personnes âgées ont quant à elles souhaité bénéficier d’un bilan de santé chaque année en lui et place de la simple visite médicale.

Mais avant les représentants des différentes couches, le Haut-commissaire de la province Antoine Sylvanius Marie DOAMBA a présenté les attentes de la province dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’agriculture, de l’élevage, des infrastructures et  autres. Au niveau de l’éducation, les préoccupations sont relatives à l’insuffisance du mobilier scolaire, le nombre élevé de classes sous paillotes  et l’insuffisance du personnel enseignant. Parlant du manque de professeurs dans les lycées et collèges, cette situation a d’ailleurs entrainé des grèves dans plusieurs établissements de la province. Dans le domaine sanitaire, le Haut-commissaire a plaidé pour la construction d’un centre de dialyse au CHR et la construction du nouveau CHU prévu depuis 2017. En ce qui concerne les infrastructures, il s’est agi de la demande d’aménagement des routes départementales dont certaines sont impraticables. Le manque de bâtiments administratifs dans les différentes communes reste aussi une préoccupation et Antoine Sylvanus Marie DOAMBA l’a fait savoir au Premier Ministre.

A toutes ces préoccupations le premier Ministre et les membres du gouvernement qui l’accompagnent ont apporté des réponses. Mais pour Christophe DABIRE, le développement est un processus dynamique. Au fur et à mesure qu’on réalise des infrastructures, il y a de nouveaux besoins qui naissent. « Nous ne devons pas nous effaroucher devant ces exigences des populations » a-t-il dit. Pour lui, les forces vives sont des sentinelles qui rappellent au gouvernement la nécessité d’accélérer le processus du développement pour le bien-être des populations. Par ailleurs, il a affirmé qu’il connait cette région et ses préoccupation et a pris la résolution d’accompagner les acteurs à leur résolution. « Cette région, je la connais, je connais les difficultés qu’il y a, les difficultés en termes d’infrastructures routières, les difficultés en termes d’approvisionnement en eau, d’éducation et de santé. Ce que j’ai entendu ne fait que m’édifier dans la connaissance de cette région. L’engagement que nous pouvons prendre en tant que gouvernement, c’est d’accompagner les forces vives de cette région dans leur quête de bien-être social et économique ». Il a appelé les populations de la province du Poni et partant du pays tout entier à l’union sacrée entre ses filles et fils dans un contexte marqué par l’insécurité pour pouvoir continuer le faire avancer le pays. « Notre pays est à la croisée des chemins et nous avons besoin de tout le monde » a-t-il dit. Malgré tout, le chef du gouvernement a rassuré que son gouvernement continue de mettre en œuvre les grands projets.

Les membres du gouvernement qui étaient avec lui ont fait le bilan des actions réalisées dans la région et dans la province et les actions qui sont prévues. Ainsi le Ministre de l’éducation Stanislas OUARO a fait état de la construction des infrastructures scolaires, et du recrutement des personnels enseignants pour faire face au manque. Cependant, il a déclaré que cette question ne peut donc être résolue parce que le problème est national. Il a suggéré de faire recours à des enseignants  vacataires pour faire face au problème. Il dit avoir demandé au directeur régional des enseignements post primaires et secondaires de lui faire le point du coût de la vacation afin que le ministère puisse apporter un appui financier. Pour ce qui est de la route Gaoua-Batié, le Ministre des infrastructures Eric BOUGOUMA dira « Nous allons nous battre pour que la route nationale N°11 soit bitumée. Les travaux pourraient débuter en fin d’année 2020 si tout va bien. Dans le cas contraire, ça sera en 2021 ».

Christophe Joseph Marie DABIRE s’est réjoui de cette visite qui lui a permis de toucher du doigt les réalités même s’il avait déjà une idée de ce qui l’attendait dans sa région natale. « Je suis satisfait en tant que Chef du Gouvernement d’être venu dans la région du sud-ouest pour rencontrer les forces vives de la région. Comme je l’ai indiqué dans mes interventions, je ne suis pas venu pour parler à leur place, je suis venu écouter. C’est important parce que quand vous coordonner l’action du gouvernement et que vous êtes à Ouagadougou, vous recevez des rapports, ce n’est pas la même chose que quand vous sortez, vous rencontrer ceux qui font ces rapports vous dire leur vérité ».

Cette visite du premier dans la région du sud-ouest a débuté le 14 février par les étapes de Dano et Diébougou. Le 15 février c’est par Batié puis Gaoua que cette visite a pris fin.

Dar Flavien DA

 



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *