.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Promotion des langues nationales : Les locuteurs birifor renforcent leurs compétences en écriture journalistique.


Le comité de suivi  et de la promotion de la langue Birifor a initié une formation en écriture journalistique  au profit des locuteurs et locutrices de ladite langue.Cette formation qui a duré 72 heures vise à renforcer les capacités des rédacteurs du journal ‘’birifor il’’.

Venus des provinces du Poni, du Noumbiel et de la Bougouriba, les locuteurs , locutrices qui savent aussi  écrire en langue nationale notamment le birifor ont reçu des bases sur  l’écriture journalistique.  Ils ont été outillés sur l’éthique et la déontologie.

Selon les organisateurs cette formation répond à des objectifs bien définis foi du pasteur  Sié Joël DA « cette formation n’est pas une simple formalité. En effet, depuis  2014 nous avons fait sortir un journal intitulé ‘‘Birifor Il ou encore la voix des birifor’’, mais on avait que 3 ou 4 personnes qui écrivent régulièrement des articles dans ce journal. Cependant nous savons qu’il y a des gens qui peuvent écrire en langue mais qui  n’ont pas de notions sur comment le faire. C’est pourquoi nous avons jugé nécessaire  d’organiser une formation dans ce sens ».

Trois jours durant, les participants ont  reçu des notions  de base sur les genres journalistique « Nous avons suivi toute l’ossature de l’écriture journalistique, la hiérarchisation de l’information, comment réaliser une interview, comment rapporter une cérémonie […..]Et comment mener une enquête ».

Pour le formateur, Koundjoro Gabriel KAMBOU  « A l’issue de cette formation, j’exhorte les participants à se mettre au travail en écrivant pour le blog, écrire des articles pour alimenter le journal ‘’Birifor Il’’ exceller dans la production de la littérature birifor et dans le domaine du journalisme ». Pour les participants, cette formation vient à point nommé au regard des connaissances acquises dans le domaine du journalisme. Lèwa Dimitri KAMBOU étudiant en année de master II en linguistique: « j’ai appris pendant ces trois jours qui est le journaliste ? Quel est le travail qu’il fait ? Et comment il doit s’y prendre. J’apprécie positivement cette formation car elle vient ajouter une autre flèche à notre carquois et vient nous permettre aussi de sauvegarder beaucoup de choses de la communauté linguistique birifor qui qui sont en voie de disparition ».

La cinquantaine de participants à cette formation d’initiation en écriture journalistique se sont  tous engagés à faire rayonner la langue birifor et disent travailler de sorte à mettre en application les ABC de cette formation.

Sié Michaël Dah



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *