.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Plan communal de développement 2020-2024 : la commune de Gaoua recherche plus de 3milliards pour sa mise en œuvre


Le conseil municipal de Gaoua a validé le nouveau plan de développement communal . C’était les 23 et 24 Juin à la première session ordinaire de l’année 2020. La commune a besoin de Plus de trois milliards pour la mise en œuvre de ce plan qui s’étale sur 4 ans.  Bafujiinfos a rencontré le maire Fiacre Kambou pour en savoir davantage.

Vous venez de terminer la première session ordinaire de l’année 2020.Que peut retenir de cette rencontre ?

Les 23 et 24 nous avons tenu la première session ordinaire de l’année. J’ai présenté le bilan à travers le rapport de l’ordonnateur. C’est une exigence de la loi. Nous avons également présenté au cours de cette session le nouveau plan communal de développement 2020-2024.

La session du 25 et 26 Juin a essentiellement porté sur l’aspect budgétaire. Il s’agit du compte administratif et le compte de gestion et tous ces bilans ont été adoptés. Nous avons également adopté le budget supplémentaire marqué par le covid19. A ce niveau se sont les activités qui n’ont pas connu de réalisation en 2019 qui seront réalisées. Au cours de cette session, nous avons également pris des délibérations. Il s’agit entre autres de la délibération sur l’adoption du compte administratif, une prime de rendement pour motiver la police qui contribue à la mobilisation des recettes. Le conseil a aussi pris une délibération afin d’opérationnaliser des centres d’états civils secondaires dans les douze CSPS que compte la commune.

Justement , vous avez parlé de l’adoption d’un nouveau plan communal de développement 2020-2024. Qu’est ce qui peut expliquer cette démarche ?

C’est une grande joie pour moi au cours de mon mandat de doter  la commune de Gaoua, d’un document d’orientation. C’est un document de planification pour les 4 prochaines années. L’objectif est d’éviter que les élus locaux et les partenaires de notre commune naviguent à vue. La rédaction de ce document a été possible grâce à l’appui du PADT et de la direction régionale de l’économie et de la planification.Il est en adéquation avec les trois axes du PNDES.
 Quels sont les grands axes du plan communal de développement 2020-2024 ?

Ce plan se repose sur trois grands axes majeurs. Son coût global est de 3 milliards 986 millions. En terme d’importance, L’axe 2 du PCD a besoin de beaucoup de financement. Pour la mise en œuvre de cet axe le conseil municipal devra mobiliser plus de 2 milliards. Les domaines concernés sont les secteurs sociaux de base comme la santé, l’éducation, la culture, le sport et bien d’autres.

Ensuite l’axe 3, c’est la promotion du développement durable et l’économie locale. Au niveau de cet axe nous voulons créer des richesses en nous appuyant sur les secteurs tels que l’agriculture, l’élevage et le commerce. Le troisième qui est l’axe 1 repose sur la gouvernance administrative. A ce niveau, la commune a besoin de 384 millions pour sa mise en œuvre.

La mobilisation des ressources pour le financement d’un tel plan. Quelle est la stratégie de la mairie pour son financement ?

Ce plan a eu l’aval des conseillers. Il faut une bonne stratégie pour mobiliser tous les acteurs. La mobilisation sociale, la diaspora, les partenaires techniques et financiers. La commune devra aussi compter sur les recettes propres pour financer ce plan. Pour ce faire nous allons miser sur la communication. Il s’agit pour nous d’organiser des rencontres avec les partenaires et financiers. Dans la conception du plan , certains partenaires ont manifesté le désir de soutenir certaines actions. Les fils et filles de commune doivent se mobiliser autour de ce plan.

Mobiliser trois milliards, pour une commune comme Gaoua n’est pas chose aisée.Quelles sont selon vous les contraintes objectives ?

Il y a des contraintes objectives pour la mise en œuvre de ce plan. L’insécurité que connait notre pays peut être un frein à la réalisation de ce plan si les choses ne changent pas. Je relève aussi la fronde sociale, certains acteurs sont impliqués dans la mobilisation des ressources et en cas de remous sociaux, les choses peuvent être au ralenties.  Toutefois, c’est le conseil municipal actuel qui doit poser les bases d’une bonne communication et de mobilisation pour permettre au futur conseil municipal de dérouler les projets.

Au cours de la première session vous avez aussi fait le bilan de vos actions en 2019. Pouvez-vous revenir sur les différentes réalisations ?

En 2019, nous avons dépensé plus de 292 millions à travers le budget de la commune. Nous avons bénéficié de l’appui du PACT et le fonds permanent dans l’exécution de notre programme d’activité de l’année 2019.

Ces activités sont déclinées dans un programme d’investissement. Elles s’inscrivent dans cinq grands domaines. Il s’agit premièrement de la gouvernance administrative. Nous pouvons noter l’appui inestimable du PCAT à travers le renforcement des capacités à travers le recrutement de trois agents (un agent à l’état civil,du service technique municipal et un autre pour le musée de Gaoua) . En marge de tout cela Il y a également la tenue régulière des journées de redevabilité. Ces journées font le bilan des activités du maire.

Dans le domaine de l’équipement, nous avons mis un point d’honneur à renforcer les services de la mairie en équipement informatique et roulant. Des services rattachés à la mairie comme de la santé et l’éducation ont bénéficié de notre appui. Ce sont des dons de motos, du matériel informatique. A ce niveau c’est environ 86 millions qui ont été injectés dans le domaine de l’équipement. L’objectif c’est l’amélioration des conditions de travail.
Sur le plan sanitaire, nous avons achevé le CSPS de Boulèra à hauteur 69 millions .C’est un  chantier qui était en souffrance depuis 2015, il était partiellement construit. Sur le plan éducatif, nous avons procéder à la réfection de certaines écoles. Elles étaient dans un état de dégradation avancées et procéder à la clôture d’un centre préscolaire.

Nous avons eu à réaliser 10 forages positifs et la réhabilitation de forages en panne. Le coût s’élève à environ 16 million Certaines activités sont totalement finis mais d’autres sont en cours de réalisation.

Dans votre plan d’investissement annuel, toutes les activités n’ont pas été réalisées, qu’est ce qui explique cela ?

Effectivement il y’a des activités qui n’ont pas été réalisées et cela à cause des procédures de passations des marchés. Cependant, cela ne veut pas dire que nous abandonnons les activités non réalisées. Nous avons la possibilité de le faire dans le budget 2020.

Votre dernier mot?

Mes remerciements à Bafujiinfos et à tous ses partenaires qui accompagnent la commune de Gaoua dans ses différentes missions.

Entretien réalisé par Dar Flavien Da



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *