.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Fête du nouvel an à Gaoua : 5000frcs le poulet à prendre ou à laisser


Le 1er janvier c’est dans moins de 48h. Le marché de volaille de la cité de Bafuji situé au secteur 5 de Gaoua ne désempli pas . Les lieux de vente d’habillements et de cosmétiques ne font pas exception à cette règle Les citoyens à la recherche de gallinacée ou de vêtements pour la fête crie à la cherté .Ce dimanche 30 décembre 2018 ,Bafujiinfos a fait le constat des préparatifs de la fête.

Il est 10h 30, lorsque nous arrivons au marché de volaille de Gaoua. Avant d’avoir accès, des gens discutent en petit groupe. Ce ne sont d’autres que les vendeurs de poulet et leurs clients. « C’est combien ce poulet demande Naba kambou 5000frc et l’autre 4500frcs et celui-ci 4500frcs. Ah s’écrie t-il ! Et la pintade ? 4000frcs et le dernier prix ? C’est à prendre ou à laisser.» Ce dernier continue sa route à l’intérieur du marché de volaille sans piper mot.

A côté de lui se trouve Awa traoré, cette femme accompagnée de sa fille est venue chercher des poulets pour accueillir ses invités le jour de la fête. Combien avez-vous eu ces deux poulets ? 4500frcs. C’est abordable non Madame ? « Abordable ? Pas du tout. C’est trop chers, on voulait plus que ça mais c’est impossible d’en prendre .Nous allons nous débrouiller avec ce qu’on a eu. Seulement on ne pourra pas satisfaire les invités» déclare t-elle.

A l’intérieur du marché, les clients défilent et les discussions vont bon train. Là le coût des poulets varie d’un commerçant à un autre. Ici les prix se situent entre 3500frcs et 6000frs le poulet ou la pintade. Le doyen des lieux Aboubacar Sory est formel « Si les gens disent que c’est chers ce n’est pas de notre faute. Ils peuvent chercher autre chose que les gallinacées ». Mais pourquoi les prix sont exorbitants ? « Nous parcourons les brousses de la région pour avoir ces gallinacées que vous voyez. Les gens pensent que c’est facile de vendre la volaille ». C’est dans cette ambiance que nous quittons le marché de volaille.

Difficile d’avoir accès au marché central de Gaoua

L’on sait le marché de Gaoua toujours animé, mais ce dimanche 30 décembre 2018, l’ambiance a atteint une autre étape. Que l’on soit a pieds ou des engins à deux roues, il est difficile de se frayer un chemin. Tant les ruelles sont occupées par des commerçants de tout genre. A l’intérieur du marché, l’on se piétine ou se bouscule pour la destination choisie. Si certains sont venus s’approvisionner en condiments, ils sont nombreux ces hommes et femmes qui ont pris d’assaut le marché et ses abords pour acheter de l’habillement ou des produits cosmétiques. La fête vous a-t-elle surpris Yasmina qui refuse une photo pour illustrer l’article ? Non répond-t-elle. « C’est un choix d’attendre les derniers moments. C’est une surprise que je veux faire à mes enfants».

De l’autre côté, les commerçants sont préoccupés a faire le maximum leur chiffre d’affaire. «  Aujourd’hui on a pas le temps pour vous. Laissez nous profiter au maximum de nos clients monsieur » lance Adama Ouèdraogo commerçant de prêt à porter.

Vivement que la fête soit belle pour tout le peuple Burkinabè.

Dalou Mathieu Da



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *