.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Evasion des énarques à Bobo: Un stagiaire témoigne


 Le 11 Septembre 2020, le Burkina Faso enregistrait 193 cas de covid . De transmission communautaire, le plus grand nombre émanait des élèves de l’école nationale d’administration et de magistrature en stage au groupement d’instruction des forces armées à Bobo. Ces derniers auraient quitter les lieux de la formation selon un communiqué du gouverneur des Hauts-Bassins.  Bafujiinfos vous propose le témoignage d’un stagiaire qui a souhaité gardé l’anonymat. 
C’est personnel et je pense qu’ils pensent que les autorités les utilisent pour chercher de l’argent. Moi_même je faisais partie des premiers confinés au camp. La raison était parce que nous n’avons pas fait le 2nd test avant d’intégrer le camp or nous étions en stage en juridictions. Ce qui a fait que toute la section magistrature de l’ENAM (secrétaire de greffes et parquets, les greffiers et les greffiers en chef) était confinée à l’arrivée au camp. Une fois au camp, on a fait une première fois le test et 2 se sont révélés positifs. Ceux qui étaient négatifs étant toujours confinés. Deuxième test au camp, pas de cas. Troisième test, plus de 40 cas. C’est là les énarques ont exigé à rentrer chez eux car le stage n’offrait plus les conditions de sécurité sanitaire. Le DG est interpellé et le lendemain il vient au camp nous réconforter. Deux jours plus tard, la direction de l’ENAM et des IRA-Hauts bassins viennent nous dire que qu’un test massif sera organisé le vendredi 11 et qu’à l’issue les testés négatifs rentreront dès samedi et le reste le dimanche….
Le samedi, quand les testés négatifs quittaient le camp, la déception se lisait sur le visage des « pseudo positifs au corona ». Vu les liens de fraternité, d’amitié et tout ce que nous avons vécu ensemble, pénible était pour eux de nous voir partir. En plus, ils ne croyaient pas en l’existence de la maladie au sein du camp car, des personnes testées positives, aucun ne manifestait un des signes de la maladie. Ils étaient « asymptomatiques ». N’est-ce pas bizarre qu’aucun ne manifeste le moindre symptôme ?? En tous cas, c’est ce que pensaient la plupart et pour eux(les positifs), ils sont des vaches à lait pour des gens qui cherchent à bouffer derrière leur dos. Ils conçoivent mal cela. Nous même qui étions parmi les premiers confinés et isolés du reste du groupe, on était mal vu par le reste du reste qui nous appellait « corona » ou FC corona ou « covidiens », mais nous savions que nous n’avons pas rien et prenions ça du bon côté, nous amusant même à nous appelés « Corona » quand on se voyait. Bref, ce qui fait mal, c’est le fait qu’en plein cours et sans vous prévenir qu’il y aura un test tel jour à telle heure, on débarque et vous fait sortir des classes pour des tests. Et pour cela, on a failli se rebeller n’eût été l’intervention du commandant du camp. Nous nous voyions comme des « boîtes de sésame » pour des cupides d’argent vu ce que chaque sortie engendre comme frais de missions. Et depuis notre arrivée au camp, nous sommes confinés pour subir des tests, certains ayant fait 3, d’autres 4 et malgré leur négativité au test restaient toujours confinés loin des autres. N’est-ce pas la preuve qu’ils nous utilisent. C’est tout ceci qui a milité à la fuite des gens du camp, ne voulant pas être des vaches à lait, d’autres pressés de voir les siens..
Dalou Mathieu Da


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *