.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Conférence de l’UGEEP à Gaoua: les élèves et étudiants du Poni réfléchissent sur la réorientation de leurs méthodes de revendication.


Dans le cadre de ses 24 heures d’activités, l’Union Générale des Elèves et Etudiants du Poni(UGEEP) a organisé ce Samedi 30 décembre 2017  au centre des jeunes de Gaoua une conférence publique sur le thème : «  Réorientation des méthodes de revendication scolaire et  académique : les enjeux ».

Les participants à la conférence de l’UGEEP

Selon le  président de l’UGEEP, Stéphane Pooda, le choix de ce thème est motivé par l’actualité nationale dominée par les cas d’incivisme et les mouvements sociaux  dont la plupart débouchent sur des actes regrettables, surtout en milieu scolaire et estudiantin. Il a donc pour objectif  d’amener ses camarades élèves et étudiants à revoir les manières de lutter afin d’avoir gain de cause à la fin sans créer des dommages.

La conférence quant à elle, a été animée par Paz Hien  acteur de la société civile. Pour aboutir à la réorientation des méthodes de revendication, il est d’abord parti du constat que l’éducation burkinabè est en crise et que cette crise ne date pas d’aujourd’hui. Mais elle a commencé  à s’accentuer à partir des années 90 suite à l’adoption du Programme d’Ajustement Structurel(PAS) par notre pays. Cette crise a eu aussi pour source des facteurs exogènes relatifs à des questions d’injustice. Pour ce qui est de la  réorientation des méthodes de revendication, le conférencier a  exhorté son auditoire  à  savoir adapter  la lutte en fonction de l’ampleur du problème et de l’opportunité. Aussi a-t-il  énuméré certaines méthodes de revendication à savoir : l’alerte, les dénonciations, le plaidoyer, le sit-in, l’arrêt d’activités, les marches et en dernier recourt, la désobéissance civile. Il a enfin terminé en invitant les premières autorités à avoir une écoute attentive par rapport aux  différents problèmes qui leur sont posés et à entretenir une  bonne communication avec les différents acteurs de l’éducation pour éviter les frustrations.

Pour Monsieur le Maire, Fiacre KAMBOU,  qui a accepté patronner les 24 h d’activités de l’UGEEP,  le thème choisi est d’une importance capitale. Pour lui, la  forme pacifique, l’écoute de l’autre est la meilleure forme  pour pouvoir gagner les batailles. Il a en outre encouragé l’UGEEP à pérenniser un tel cadre d’échanges, qui est   aussi une école de formation pour les jeunes, les élèves et étudiants laissés à eux-mêmes.

Parrainées aussi par Sévérin KAMBIRE, conseiller municipal de  Gaoua, ces 24h d’activités ont permis la tenue d’une séance de salubrité du  terrain des écoles centres A et B et une projection vidéo animée par Marie Stopes Burkina Faso

Joseph SOME

 

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *