.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Commune de Diébougou : La course aux parcelles a commencé,il y a longtemps


A l’instar des autres villes du sud-ouest du Burkina Faso, la commune de Diébougou n’échappe pas  au phénomène des zones non loties. Des maisons réalisées en matériaux définitifs sont visible sur le terrain.Les raisons de cette course éffrénée aux bidonvilles dans ce dossier de Bafujiinfos.

C’est le 05 novembre 2014 que le gouvernement de la transition a pris un décret suspendant les lotissements au Burkina Faso. Depuis lors , l’on assiste à un développement sans précédent des bidonvilles. A Diébougou  capitale provinciale de la Bougouriba le phénomène est aussi développé.

Selon des sources, plusieurs endroits en 2006 étaient touffus d’arbres et jadis le lit de certains animaux sauvages  .Ces lieux  sont  de nos jours méconnaissables  à cause de la forte présence humaine. Si certains construisent en banco espérant un jour  obtenir une parcelle pour y construire définitivement  d’autre par contre investissent sans aucune crainte. Interrogé sur le pourquoi de cette forte présence dans ces zones non encore loties ? Les habitants  répondent. M. Sié Rémy SOU au secteur 6 de Diébougou explique : « Nous sommes au moins 3 garçons dans la famille, la parcelle dans laquelle nous vivions n’est pas assez grande pour que tout le monde puisse y construise voilà pourquoi moi en tant que l’ainé de la famille ai pris l’engagement de m’installer dans la zone non lotie en attendant que la mairie nous aide à trouver des parcelles loties », autre argument brandi pour justifier l’occupation effrénée  des zones loties c’est la cherté de la vie qui ne permet pas à tout le monde de s’acheter une parcelle lotie.

Problème d’insécurité, absence des services de la SONABEL, manque d’eau, difficile  de se faire un passage sont entre autres difficultés que vivent les occupants  de ces quartiers précaires.  Face à de telles difficultés ne favorisant pas le développement endogène, les premiers responsables de la commune  de Diébougou se disent être souvent confrontés à des difficultés de réalisation de certains travaux  au profit de ces populations.

En attendant la levée de la décision suspendant les lotissements  au Burkina, le maire de la commune de Dieubougou appel la population à des constructions plus responsables chose qui pourrait aider à résoudre la question sécuritaire et qui faciliterait l’intervention des pompiers en cas d’incendie . La population quant à elle, attend de voir cette mesure de suspension des lotissements  lever et n’attend pas admettre tout déguerpissement de la part du gouvernement sans parcelle et sans compromis.

 SIE MICHAEL DAH

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *