.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Commune de Bousséra: Des producteurs perdus dans le nouveau système de distribution des semences


Les producteurs de la commune de Bousséra entre en possession de leurs intrants.  Cette distribution s’inscrit dans le cadre de la campagne agricole 2020-2021 .Le gouvernement a adopté cette année un nouveau mécanisme dans la distribution des intrants agricoles.Si certains louent ce nouveau système, d’autres la désapprouvent et font des recommandations.

Dans un magasin de stockage, la commune de Boussera dispose de 22 tonnes de semences améliorées.

Des semences composées entre autres de maïs, de sorgho et de riz destinées aux producteurs agricoles.  Cette année, la distribution des intrants agricoles connaît un changement.  Pour être bénéficiaire, tout producteur doit être recensé dans le dernier RGPH explique Biboté SOME le responsable du magasin « ce sont les bénéficiaires qui reçoivent les messages, quand ils viennent nous voir nous les orientons vers une boutique orange money, ils partent s’acquitter des frais et ils reçoivent un dernier message , quand ils reviennent avec le message, nous utilisons la fiche, puis l’enregistrement et le service ».

La distribution est effective à Boussera mais de nombreux producteurs n’approuvent pas la nouvelle méthode.  Pour eux les autorités en charge de l’agriculture n’ont pas passé l’information à temps , Salifou Josias Dondassé exprime son mécontentement « il fallait au préalable passé par la sensibilisation , sinon tu te lèves un matin tu reçois un sms, tu ne sais pas si ce sont les arnaqueurs qui t’ont envoyé un sms, il y a nos parents qui ne savent pas lire les messages parfois les messages viennent, les gens ne consultent pas et ils effacent sans savoir ». Il poursuit en affirmant que le gouvernement selon lui impose les semences aux producteurs « Tu reçois un message peut-être que tu voulais produire du sésame, ont te dis de venir prendre du maïs, moi je voulais faire du sorgho rouge maintenant que j’ai eu du maïs je suis obligé de changer ma production. Nous on avait voulu que, dès lors que tu reçois le message qu’on t’envoie un autre sms pour te dire si tu auras de l’engrais ou pas, parce qu’on ne sait pas si tout le monde va gagner l’engrais ou pas ».

Productrice à Donko, Edith Ouédraogo bénéficie de 30 kg de maïs. Elle  juge  le nouveau système trop complexe car trop protocolaire. Et Biboté SOME d’insister sur les difficultés rencontrées dans la nouvelle méthode de distribution des intrants agricoles « on envoie des messages, ils effacent sans se rendre compte,il y’en a aussi qui ne reçoivent pas du tout. Ils viennent nous voir pour comprendre, quand on les explique ils acceptent ça difficilement. Nous on ne peut pas faire autre que ce qu’on nous dit de faire. La tâche est très pénible, nous avons reçu un portable sans carte Sim on ne peut pas utiliser, on utilise les fiches présentement ».

Même si la plupart des producteurs rencontrés salue l’accompagnement du gouvernement, certains reprochent aux autorités en charge de l’agriculture l’envoi tardif des semences agricoles.

Victorien DIBLONI



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *