.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

COMMUNE DE BOUROUM-BOUROUM : Un projet de rétention d’eau lancé


Ce mercredi 19 décembre 2018, la commune de Bouroum-Bouroum pour la cérémonie a procédé au lancement  du Projet d’Appui aux Population  vivants dans la Forêt(PAPF) .Ce projet a pour but la réalisation d’une retenue d’eau dans le village de Konséra. Il devra permettre aux populations de mener des activités comme le maraîchage.

Ce projet bénéficie d’un appui financier de la banque Mondiale pour la mise en œuvre du PAPF et rentre dans le cadre de la plate-forme des organisations de la société civile pour la Réduction des Emission liées à la Déforestation et à la Dégradation des forêts(REDD) et le Développement Durable.

Pour le Préfet c’est un « ouf »pour la population qui avait réellement besoin d’eau. Pour lui ce projet va permettre non seulement d’avoir de l’eau pour la population et les animaux  mais aussi aux femmes et aux jeunes de Bouroum-Bouroum d’engranger des revenus grâce aux activités de maraîchages. Au Maire Momo Koko d’ajouter que ce projet est la bienvenue dans sa commune car il permettra de pallier le problème d’eau que vivait sa population. Il invite la population à l’unité et à prioriser  l’intérêt commun pour la réalisation effective du dit projet au grand bonheur de la population. Il fait savoir qu’une délibération sera prise par le conseil municipal dans les jours à venir.

Le chef du village de Konséra, où se situe le site du projet,  Kapineté Kambiré, estime  que c’est un bon projet et peut se réaliser sans problème si et seulement si les autorités passent d’abord par la phase de sensibilisation de la population pour éviter un éventuel conflit qui pourrait freiner la réalisation du projet.

VARENA-ASSO a été retenue pour la réalisation de ce projet d’aménagement d’un périmètre irrigué de culture maraîchères et de production de plants à travers la réalisation d’un bassin de rétention d’eau à Konséra dans la commune de Bouroum-Bouroum.

Pour Monsieur Amporna DA, représentant de VARENA-ASSO, ce projet a pour objectif principal de réduire la pression anthropique sur les ressources naturelles. Pour lui ce projet de rétention  d’eau vient à point nommer car il luttera contre les menaces de dégradations des massifs forestiers qui sont dus aux différentes pressions anthropiques dont les principales causes sont entre autres : l’extension des superficies cultivées, la coupe abusive du bois de certaines espèces, le braconnage, la transformation du bois en charbon comme source économique, l’utilisation du bois dans les cabarets et dans les ménages. Etc.

Le PAPF est un projet d’appui aux populations vivant dans la forêt, il est financé par la banque mondiale dans le cadre du Mécanisme d’Octroi de Subventions(DGM) pour les peuples autochtones et les communautés locales. La durée du projet est de 18 mois.

Anderson POODA, Correspondant



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *