.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Commémoration du 08 mars dans le Sud-ouest : une célébration dans la sobriété


C’est une faible  mobilisation des femmes que nous avons constatée ce Jeudi 08 mars 2018 sur l’esplanade du Haut-commissariat du Poni à l’occasion de la cérémonie commémorative de leur Journée Internationale dans  la région du Sud-ouest. Une cérémonie sobre qui s’est résumée en trois interventions et l’observation d’une minute de silence, compte tenu du contexte national.

Pour la célébration de la 161e Journée internationale des femmes, le gouvernement a choisi d’engager une réflexion autour de la problématique de la participation des femmes à la gouvernance, à travers le thème : « La participation de la femme à la gouvernance : état des lieux, défis et perspectives ». Selon la représentante des organisations féminines de la région, Florentine SIB,  « ce thème offre l’opportunité à nous femmes et filles de mener des activités de plaidoyer et de conscientisation à l’endroit de la communauté tout entière dans l’optique de chercher les voies et moyens nécessaires pour venir à bout de la problématique de la sous-représentativité des femmes au niveau des sphères de prise de décision »

En effet, dans notre pays, malgré la pléthore de textes juridiques existant et les bonnes intentions en faveur des femmes, ces dernières sont faiblement représentées aux postes de responsabilité politique et administrative. C’est le constat fait par l’ensemble des intervenants avec des chiffres à l’appui. Ainsi, de 1959 à 2002 les chiffres montrent un total de 537 hommes contre 30 femmes  ayant siégé au parlement, ce qui représente 5,29%. En outre, depuis les législatives de 2015 les femmes représentent moins de 10% des députés. Au niveau du pouvoir local, en 2016 on note seulement 9 femmes maires sur 370 communes et arrondissements.

Pour le secrétaire général de la région représentant le gouverneur, le Burkina Faso  est conscient de la situation, c’est pourquoi il s’est fermement engagé en faveur des Objectifs de Développement Durables(ODD) dont l’égalité des sexes est au centre. L’Etat  a aussi lancé en 2009 une Politique  Nationale Genre (PNG) qui vise entre autres un accès égal des femmes et des hommes aux ressources et aux sphères de décision,  poursuit-il.

Le parrain de la cérémonie Fiacre KAMBOU, maire de la commune de Gaoua  quant à lui a lancé un appel à l’endroit des  femmes en ces termes : « Je ne puis qu’interpeler les femmes à plus de mobilisation autour de leurs problèmes, qui en premier sont les nôtres, car elles sont nos mères …vous ne devriez plus attendre cette journée commémorative pour poser vos préoccupations. Ce devrait être une lutte quotidienne ».

Enfin, le secrétaire général de la région représentant le gouverneur  a invité les hommes,  les leaders coutumiers et religieux, ainsi que l’ensemble des fils et filles de la région du Sud-ouest à des efforts communs  afin de gagner le présent challenge que constitue l’implication effective des femmes dans la gouvernance pour un développement durable et équitable.

                                                                            Joseph SOME



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *