.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

CHR de Gaoua : Les agent de la chirurgie travaillent pour le bien être des populations selon Docteur Namori Kéita


Le service de la chirurgie est un service essentiel du centre hospitalier régional de Gaoua. En dépit des difficultés les agents de ce service donnent le meilleur d’eux -même pour le bonheur des populations du sud-ouest. Bafujiinfos.com vous amène à la découverte de ce service.

Le service de la chirurgie prend en charge les malades présentant des affections et ceux nécessitant des interventions chirurgicales. Et cela grâce à la main et le matériel mis à la disposition des agents. Composé de 13 infirmiers et 32 infirmiers au bloc, de 4 médecins et 02 volontaires, le service est dirigé par le Docteur Namori Keïta.

Pour le chef de service, les conditions de travail à la  chirurgie sont presque similaires aux autres services du centre hospitalier régional de Gaoua. Docteur Kéita soutien qu’en dehors de l’exiguïté des locaux, le nombre de lits(22) parait insuffisant. En effet affirme-t-il, en plus des patients issus des 4 provinces de la région, le service de chirurgie reçoit régulièrement des malades de la côte d’ivoire et du Ghana. Outre cela, le problème d’eau se pose avec acuité au CHR. Il reconnait toutefois que des efforts sont faits par l’administration pour résoudre le problème. Selon le Docteur Namori Kéita, la question de l’énergie ne se pose plus car, l’administration a mis un groupe relais qui permet de poursuivre les soins en cas de délestage. Ce n’est pas tout l’affluence des accompagnants joue énormément sur les prestations. Une difficulté majeure qui n’est pas à ignorer est le manque de sang que connait le CHR.

Le chef de service de la chirurgie Namori kéita  assure que la mission des agents de son service n’est rien d’autres que d’apporter des soins appropriés aux patients admis dans son service. C’est pourquoi, il invite les populations de la région du sud-ouest à faire confiance au personnel de santé  et surtout à être tolérant envers ces derniers. Quant aux démêlés entre agents de santé et patients, Docteur Kéita justifie cela par le stress et la charge de travail.

Dalou Mathieu Da 



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *