.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Bouna : Le dernier hommage de la communauté Lobi à Bitaté Hien 


Rappelé à Dieu le 08 Décembre 2019, c’est du 24 au 25 janvier 2020 que le peuple Lobi a rendu un dernier hommage à Bouna au chef centrale des Lobi de Côte d’Ivoire, le patriarche Bitaté HIEN. C’était une cérémonie d’adieux aux couleurs de la tradition Lobi qui a accompagné le défunt chef à rejoindre les ancêtres.

C’est le 08 décembre 2019, alors que bon nombre de gens se préparaient à entrer dans la nouvelle année de 2020 et profiter encore des conseils avisés du patriarche Bitaté HIEN, chef central des lobi de Côte d’Ivoire, que les ancêtres ont décidé de rappeler leur humble serviteur ; laissant tout un peuple dans la consternation. Bien qu’étant plongé depuis un certain temps dans une maladie due en partie à la vieillesse, le Chef central ne laissait croire qu’il allait vite passer l’arme à gauche. Plus de deux semaines après son décès, Le peuple Lobi lui a rendu un ultime hommage, les 24 et 25 janvier 2020 au complexe sportif de Bouna. La cérémonie d’hommage  s’est  déroulée en présence de nombreux cadres et élus du Bounkani dont le directeur général du port autonome d’Abidjan HIEN Sié Yacouba et celui des douanes ivoiriennes, le général Da Pierre Alphonse, le président du conseil régional du Bounkani HIEN Philippe , le directeur des moyens généraux , du trésor et de la comptabilité publique NOUFE Michel, le ministre de l’agriculture et du développement rural Kobenan Kouassi Adjoumani qui s’est fait représenter par le président du conseil régional du Gontougou, Kouassi Kra Vincent ainsi que des peuples alliés. A ces obsèques, les témoignages évoqués à l’endroit du défunt révèlent un homme de paix et de vertus qui n’a cessé d’œuvrer à la cohésion du peuple Lobi et la consolidation des valeurs traditionnelles lobi dans le grand Bounkani et partant de la Côte d’Ivoire de façon générale. Il faut aussi noter que de nombreuses délégations venues des quatre points du pays ont rendu un vibrant hommage à ce patriarche, l’un des tout premiers gendarmes de côte d’Ivoire, et qui a conduit aux destinées du peuple Lobi de 2008 à 2019.

BITATE HIEN, parcours d’un homme de conviction

Né vers 1927 à Bégnôdouo dans la Sous/Préfecture de DOROPO, le patriarche BITATE HIEN fit parti du contingent noir africain ayant participé à la guerre d’Indochine de 1946-1954. Enrôlé le 28 novembre 1947, il aura servi vaillamment le drapeau Français onze (11) ans durant. Il retourne en Côte d’Ivoire en 1958 après de bons et loyaux services rendu à la République Française ; toutes choses qui lui ont valu le grade de Sergent-Chef de l’armée Française. En 1959, il intègre la gendarmerie française en Côte d’Ivoire et devient ainsi l’un des premiers gardes du corps de feu Felix Houphouët-Boigny alors Premier Ministre de Côte d’Ivoire. En 1961 lorsque la gendarmerie devient nationale, le Sergent-Chef BITATE HIEN continue de servir et devient le premier porte-drapeau de ce corps d’élites de la République de Côte d’Ivoire nouvellement indépendante.

Chef BITATE HIEN, toute une vie au service des autres

Après 25 années passées à servir fidèlement et sans ambages le drapeau ivoirien, BITATE HIEN prend sa retraite et fut ainsi remis à la vie civile en 1972. Attaché aux valeurs traditionnelles et culturelles de son peuple, il s’installe définitivement sur la terre de ses ancêtres à Bouna au nord-est de la Côte d’Ivoire, où il jouit d’une retraite paisible, bien méritée. Comme tous bons Lobi, il avait un amour particulier pour la terre qui ne l’a jamais trahi. Brave travailleur, excellent agriculteur, le patriarche BITATE possédait, outres ses multiples parcs à bétails dont le cheptel faisait parler de lui déjà à l’époque, le patriarche avait également plusieurs champs d’anacardes et d’immenses superficies d’ignames à son actif. Ses actes, plus forts que ses mots, son intégrité, sa bonne moralité et sa foi religieuse lui valurent la confiance, le respect et la considération de ses pairs agriculteurs de Bouna qui le désignèrent à l’unanimité comme Trésorier Général de la Coopérative pour la Commercialisation des Produits Agricoles et d’Elevage : COCOPRAGEL, dont le siège était à Bouna. Fonction qu’il assume avec dévouement et efficacité.

Homme de paix, rassembleur, engagé au service de sa communauté et de l’Eglise Baptiste Libre de Bouna dont il est d’ailleurs l’un des pionniers, PAPA MICHEL, de son nom de Baptême, est un homme de grande piété qui n’a jamais hésité à se mettre au service de son Dieu à travers les hommes, ses frères sans distinction aucune.

Patriarche BITATE HIEN, homme de rassemblement et de paix

Fort de toutes ses qualités humaines et spirituelles indéniables, il fut désigné Premier Conseiller du Chef Central des Lobi de Côte d’Ivoire d’alors, le vénéré HEPETE DAH. A ce titre, le patriarche fait montre d’une sagesse avérée, doublée d’un esprit de discernement digne d’un véritable chef de tribu Lobi.

En 2008, après le décès du patriarche HEPETE DAH, il se verra désigné chef central des Lobi de Côte d’Ivoire. BITATE HIEN avait donc la lourde tâche de veiller sur tous les Lobis vivant sur tout le territoire ivoirien et dans la diaspora, et d’être le garant de la culture, des traditions, des us et coutumes du peuple Lobi. Artisan de la paix, soucieux de la préservation de la cohésion sociale entre son peuple et toutes les communautés de la région du Bounkani, il prend une part active dans la résolution du conflit intercommunautaire de 2016 en jouant un rôle de médiation et d’apaisement aux côtés de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Monsieur le Ministre d’Etat Hamed BAKAYOKO, Madame la Ministre Nialé KABA, Monsieur le Ministre Sansan KAMBILE, Monsieur le Ministre ADJOUMANI Kouassi et de Madame la Ministre Mariatou KONE, pour un retour rapide à la paix.

Dans sa détermination absolue à assurer le bien-être de son peuple, l’illustre disparut s’est imposé la noble mission de travailler à la RE-UNIFICATION du peuple Lobi répartis dans trois pays d’Afrique. Ainsi, dès 2017, BITATE HIEN, initie, avec le soutien des élus et cadres Lobi de côte d’Ivoire, le DJOKABINAN. Ce festival culturel qui signifie littéralement ‘’La fête du mil’’ est une plateforme de rencontre internationale des Lobi du Burkina Faso, du Ghana et de la Côte d’Ivoire. C’est fort de cette belle expérience qu’en accord avec le Chef de Canton de Gaoua et le Patriarche BITATE HIEN, les élus et cadres ‘’du triangle LOBI’’ (Ghana, Burkina Faso et Côte d’Ivoire) ont décidé de la création d’un cadre de coopération internationale ; toute chose qui vise la mise en place d’un vaste programme de développement culturel, socio-économique et politique des peuples du rameau Lobi.

Père modèle, mari aimant et fidèle, grand-père formidable, le patriarche BITATE HIEN est marié et père de 16 enfants, 40 petits-enfants et 13 arrière-petits-enfants. C’est en humble serviteur et grand baobab de la savane qui est tombé à la tâche à ses quatre-vingt douzième années laissant tout un peuple inconsolable. Le tamtam sacré LOBI a tonné, le balafon a joué le morceau fatal, l’oiseau de mauvaise augure a exécuté son chant funeste. A cette terrible nouvelle, tout fait silence, le père des orphelins s’en est allé, le mari des veuves n’est plus, la lumière du peuple s’est éteinte. Adieu Patriarche ! Adieu Chef ! Vas en paix BITATE HIEN !

Sansan Bertin SIB

tinosbs@gmail.com

 



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *