.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Bougouriba : Clotaire Didier Dabiré installé dans ses fonctions de directeur provincial de l’éducation nationale


La direction provinciale de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle de la Bougouriba à un nouveau responsable. Clotaire Didier Dabiré a été installée dans ses fonctions par le secrétaire général de la province le 21 Juin 2019.

Après avoir passé 04 ans et 04 mois  à la tête de la  direction provinciale de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle de la Bougouriba, Koffi Dah cède passe le commandement à Clotaire Dabiré. Le directeur provincial sortant assure que le bilan est positif. Il en veut pour preuve la construction de nouveaux centres d’éveil et d’éducation préscolaire, de 109 salles de classe, 13 latrines et 06 forages. La province est également passée de 122 écoles en 2015 à 130 écoles publiques et privées. Pour l’atteinte de tous ses résultats M.Koffi Dah assure que cela a été possible grâce à la conjugaison des efforts des partenaires et de ses collaborateurs à qui il a rendu un vibrant hommage.

Le tout nouveau directeur provincial a dans discours remercier les autorités de son ministère pour la confiance placée en lui. Il ajoute qu’il ne vient pas sur un terrain inconnu car né à Diébougou et avoir fait une bonne partie de sa vie ( scolaire et professionnelle)dans la Bougouriba .cependant, il mesure la grandeur de sa mission et les défis qui l’attendent .Il espère pouvoir relever ses défis avec l’ensemble de ses collaborateurs et partenaires. » À l’endroit de mes collaborateurs immédiats et médiats, des partenaires et acteurs de l’éducation dans la Bougouriba, je voudrai vous rassurer que j’ai la lucide et pleine conscience, des nombreux défis qui  nous attendent dans le contexte d’un      Burkina post-insurrectionnel où le mercure de ses effets pervers et dommageables tarde à baisser, où la contestation stérile et stérilisante est devenue le mode de vie de bon nombre de concitoyens. Je crois qu’à ces défis, il nous faut opposer cette phrase empruntée dans la préface de Candide de Voltaire, «À l’acharnement du destin responsable de l’absurdité de notre condition d’existence, doit répondre l’acharnement de la sagesse et du labeur humain». En d’autres termes nous devons pouvoir nous organiser par le travail et la concertation permanente pour nous forger un destin appréciable. La communication verticale et horizontale doit être notre leitmotiv ».

Issouf Sanfo correspondant



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *