.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

A la découverte de nos communes : Malba ne signifie point « Le mal en bas »


Malba ou la terre de  Gmap Kambou est une commune frontalière avec le Ghana. Érigée en département le 15 août 1984 elle est située à environ 42km de Gaoua et est limitée au nord et à l’est par la commune rurale de Nako, au sud par la commune rurale de Bousséra, à l’ouest par la commune de Bouroum Bouroum et  de GAOUA. La commune de Malba compte 35 villages. Découvrons ensemble cette commune.

 

Les birifors sont les premiers habitants qui se serraient installés depuis belle lurette à Malba. Selon le chef du village actuel Bayerboum Kambou , un chasseur du nom de Gmap Kambou serait venu du Ghana et avouait aller à la recherche de gibiers dans les profondeurs d’où le nom « Gmap »en langue Birifor.   C’est le terme qui devient Malba suite à la transcription coloniale. Ces successeurs sont les Da. Malba est un passage obligé et un fief pour les initiés du djoro.

Avant son érection en département, Malba était rattachée au département de Bouroum-Bouroum.  Plusieurs ethnies à savoir les birifors, les lobis, les dagara, les peulhs et les mossis constituent les principaux habitants de cette commune. Les religions pratiquées sont  l’animisme le christianisme et l’islam.

L’agriculture, l’élevage et l’artisanat sont les principales activités économiques. Au niveau des services sociaux de base, la commune compte une préfecture(dégradation avancée), un collège d’enseignement général, un lycée départemental, une circonscription d’éducation de base avec 16 écoles primaires et un centre de promotion sociale (CSPS). L’on note également la présence d’un service de l’environnement, un service de l’agriculture de l’hydraulique et des ressources halieutique, un service de l’élevage.

La commune de Malba regorge d’énormes potentialités peu exploitée. Il s’agit notamment de la pêche, de la chasse de l’agriculture de l’élevage et des ressources minéralogiques du sol. L’existence de point d’eau permanent, la diversité des espèces faunique sont des atouts potentiels qui malheureusement ne profite pas à la commune parce que mal organisés.  Du fait de la fertilité des sols l’agriculture pourrait être un secteur porteur surtout que les précipitations annuelles atteignent les 966mm mais la faible utilisation de la culture atèle ainsi que des intrants (engrais) limite cette activité. Le sous-sol de la commune est très riche en or et en cuivre, mais ces  gisements ne sont pas bien exploitées. L’organisation de ces différents secteurs d’activités et  l’exploitation industrielle du sous-sol dans la commune serraient des leviers pour le développement de la commune.

La commune de Malba est actuellement dirigée par Dahermalo Kambou du MPP.  Celui-ci a succédé à la délégation spéciale. A l’issue des élections Barlè Kambou du CDP avait été porté à la tête de la mairie. L’on retiendra que Kounssamana Kambou est le premier maire de Malba.

Domboué  Daniel

&

Sondo Malba correspondants communaux



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *