.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

  5èmeRGPH à Gaoua : Les agents recenseurs à bout de souffle


Le 5è recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) est effectif depuis le 16 novembre dernier partout au Burkina . Dans la province du Poni   l’opération de recensement connait un niveau avancé dans certaines zones surtout dans les communes rurales ,  mais dans les centres urbains plus précisément à Gaoua les agents recenseurs  sont confrontés a des multiples difficultés sur le terrain.

A l’instar des autres localités du Burkina, le  5è recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) se poursuit dans la province du Poni plus précisément à Gaoua.   Les agents recenseurs sont à pied œuvre pour être au rendez-vous. D’un ménage à l’autre, les agents recenseurs expliquent au chef de ménage les raisons de leur présence et  les documents nécessaires pour se faire recenser.

Pour  Bameleman Kambou agent recenseur, cette opération se déroule en deux phases « premièrement on passe faire les numérotations des différentes concessions et les ménages, quand on arrive dans chaque concession et ménage on demande d’après leur chef, puis on demande le nombre de personne qui y vivent , nous on retient seulement le nom du chef du ménage, et après on leur dit de préparer les documents d’identification car nous allons revenir pour la phase questionnaire ». Au secteur n°1 de Gaoua dans la famille Kambou l’agent recenseur est accueilli avec joie après avoir  échangé  sur la raison de sa présence et les documents d’identification à apporter afin d’être recensé, le chef de ménage a apprécié positivement le travail abattu par ses agents « moi je trouve que c’est bien, et puis il est gentil, quand il arrive il salut tout gentiment, si tu lui demandes il t’explique pourquoi il est là ». Ils travaillent bien, certes , sur le terrain les agents recenseurs sont parfois  confrontés à des difficultés, certaines populations ne facilitent pas le travail,  Bameleman Kambou pense que c’est l’incompréhension de la population de l’activité qui s’impose « le recensement, ce n’est pas facile.  Souvent tu pars dans une cour, ils vont te demander que tu es venu pour les donner l’argent ou quoi ? On les explique mais ils n’arrivent même pas à comprendre, il y a d’autres qui vont te dire qu’ils n’ont pas du temps  vous allez  vous asseoir échanger, donc tu es obligé de repartir puis tu vas revenir ».  A ces problèmes, vient s’ajouter l’indisponibilité de la population, les agents recenseurs passent dans certaines zones mais les portes restent toujours fermées « présentement je suis là pour enquêter le ménage n°3 de la concession n°19 il se trouve que la porte est toujours fermé et c’est le troisième passage,  deux portes voisines mais personnes pour enquêter, la dame est là mais elle n’a pas les informations sur le chef de ménage absent donc cela pose un problème, les gens sont des commerçants , des fonctionnaires quand tu vas les matins tu ne les retrouvent pas si ce n’est pas les samedis, c’est compliqué » a expliqué Pilité Youl agent recenseur .

Le 5ème RGPH 2019 est opérationnel avec l’enregistrement des données sur des appareils android, en plus de ces problèmes d’absence de la population qui ne facilite pas la tâche aux agents recenseurs, le matériel à certains moment fait aussi défaut «  nous avons encore des problèmes techniques nous avons la défaillance des smartphones qu’on nous donne , il y a certains appareils dont les batteries ne tiennent pas , tu fais un, deux ménages la batterie est déchargée, il y a d’autres smartphones l’image noircie ,d’autres s’éteignent ce sont autant de difficultés »a laissé entendre Boukary Diallo  agent contrôleur.

A ce jour le recensement dans la province du poni  connait une  évolution significative malgré les difficultés et la lenteur dans certaines commune Valentin Koala délégué provincial du recensement dans le poni rassure « nous sommes à un niveau avancé même si quelques communes connaissent une lenteur vu a un certain nombre de difficulté ».  Pour les communes rurales, l’opération tire à sa fin affirme M.Koala « des zones ont été bouclés, les agents ont été redéployé pour les restants des zones de dénombrement, nous tendons vers la fin pour ces communes-là ». Il poursuit en ajoutant que « pour les centres urbains comme Gaoua et Kampti, surtout à Gaoua on a des difficultés pour retrouver les résidents pour le recensement, les agents ont du mal pour retrouver les gens dans les ménages. A quelques jours de la fin de l’opération, nous sommes à environs 90% de couverture, nous pensons pallier à cette lenteur pour être à jour ».  Pour pallier cette lenteur certains agents recenseurs seront redéployés.

Débuté le 16 novembre, le recensement  général de la population et de l’habitation est prévu pour prendre  fin ce 15 décembre.

                                                                   Victorien DIBLONI



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *