.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Commune de Nako : Fétiches et arbres accusés de sorcellerie par les jeunes de Dapola


Dapola est un village de la commune de Nako qui fait frontière avec le Ghana. Depuis quelques jours, les jeunes de ce village se sont engagés à mettre fin à l’activité des sorciers. Pour cela, ils se livrent avec l’aide d’un marabout venu du Ghana à l’abattage de certains arbres et à la destruction des fétiches. Ces arbres et fétiches seraient à l’origine de leur précarité. Une équipe de Bafujiinfos s’est rendue sur place pour mieux comprendre la situation.

En effet, cela fait quelques semaines qu’une campagne est organisée par un groupe de jeunes pour disent-ils en « finir avec les sorciers » dans le village. Que s’est-il passé réellement ?

Asmir SAKO représentant des jeunes du village explique : « Cela fait un bon moment que Dapola n’est plus le même.  Avant, les marchandises passaient par ici pour aller à Diébougou, Gaoua et Bobo-Dioulasso. Mais aujourd’hui plus rien. Aussi ajoute-t-il, quand les jeunes partent à l’aventure et ils reviennent avec de l’argent, ils ne peuvent rien réaliser. C’est pourquoi nous avons décidé de chercher à comprendre. C’est là qu’il s’est avéré qu’il y a des sorciers et des mauvais fétiches dans le village qui empêchent la jeunesse de faire fortune. Donc nous avons demandé l’aide d’un charlatan d’origine ivoirienne pour nous aider. Ce dernier nous a fait comprendre qu’il y’a des fétiches enterrés sous terre et qu’il faut les déterrer. Il a aussi dit que certains arbres sont l’endroit préféré des sorciers. Donc il faut les couper. C’est pourquoi, nous avons décidé de neutraliser tous les mauvais fétiches dans les cours avec l’accord des propriétaires, de déterrer ceux qui sont sous terre et de couper certains arbres dangereux. Nous avons coupé à ce jour quatorze arbres. Pour compenser cela, nous avons commandé cent pieds d’arbres que nous allons mettre sous terre ». Seydou COULIBALY dit Gabonais est le représentant du chef de village soutien les jeunes dans cette initiative.  « Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout » a-t-il lancé. Le chef du village donnant sa version des faits a indiqué que les jeunes sont venus le voir et il leur a dit qu’il n’y avait pas de problème, qu’ils pouvaient travailler mais qu’ils ne doivent pas couper les arbres. « Mon fils était parmi eux quand ils coupaient le grand baobab, j’ai dit de ne pas faire, mais ils ont insisté » a-t-il dit.

Des oppositions

A Dapola, le climat est tendu. Des gens s’opposent à cette initiative de la jeunesse. Pour eux, l’on ne saurait détruire des fétiches et des arbres au motif qu’ils sont à l’origine de leurs échecs. Le conseiller municipal Daouda Iria a quant à lui déclaré qu’ils n’ont pas été avisé avant d’entreprendre ces actions dans le village.  Ikakèma DA, autochtone du village estime que ces actes sont l’œuvre d’individus isolés. « La jeunesse qui est en train de commettre ces actes n’est pas représentative de la population du village.  Ce n’est qu’une minorité qui est en train de faire la force aux gens. Ils n’ont pas consulté les vieilles personnes et les personnes ressources » a-t-il laissé entendre. Un jeune du village qui a souhaité garder l’anonymat est très révolté. « La plupart de ces jeunes sont convertis à une religion donnée. Leur responsable n’est même pas associé. Ce qui est grave , ils vont chercher un charlatant pour venir déterrer des arbres centenaires et des fétiches du village ». Ce dernier assure que cette affaire ne va pas rester ainsi.

 Dans tous les cas, les autorités compétentes ont été touchées et l’affaire suit son cours à la justice. Wait and see.  Abdoul Aziz SONDO



Articles similaires

3 thoughts on “Commune de Nako : Fétiches et arbres accusés de sorcellerie par les jeunes de Dapola

  1. Da Parenté

    J’ai souvent honte de notre manière de penser quand je lis ces genres décrits. Comment on peut accuser un arbre ou des fétiches d’être à l’origine de la non prospérité d’une jeunesse. Qu’en même, réfléchissons un peu. On a pu croire à ce féticheur ? C’est grave. Ils ont abattu les arbres et brûlé les fétiches. Ont ils tué les féticheurs? De grâce allez y chercher vos problèmes ailleurs.
    Aujourd’hui est différent d’hier. La vie est compliquée maintenant donc pas facile de réaliser quelque chose sans vraiment laisser des plumes. Enseignons nous à l’éveil des consciences et arrêtons de penser aussi que la culture de l’autre est source de réussite. Le développement est d’abord endogène avec une éducation originelle.

    Reply
  2. Somé sansan Samson

    Mais c’est terrible ça ! Vous cherchez des solutions à votre problème en créant d’autres problèmes pire que le problème déjà là. Je me demande s’ils savent que le manque d’arbre conduit à la sécheresse .

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *