.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Vincent Kambou : La seule culotte noire du sud-ouest au championnat de football de première division Burkinabé


De grands noms dans le football Burkinabé, la région du sud-ouest en a fourni. Mais sur le plan arbitral l’on en  trouve pas. Depuis 2016, Vincent Kambou représente désormais le sud-ouest. Autrefois arbitre de troisième et deuxième division, Vincent  Kambou officie aujourd’hui dans le championnat de première division comme arbitre fédéral. Bafujiinfos.com  est allé à la rencontre de la seule culotte noire du sud-ouest. Lisez plutôt.

Instituteur de formation, Vincent Kambou  est né le 31 décembre 1979. Dès sa tendre enfance, il fait du football sa passion, en occupant le poste de gardien de but. Ainsi  il participe aux différentes compétitions scolaires  dont l’OSEP et l’USU-BF dans toutes les catégories. Le premier trophée officiel, Vincent l’obtient au lycée provincial Bafuji de Gaoua avec l’équipe cadette à l’USU-BF en 1999. Ce trophée galvanise le jeune gardien d’alors, a intégré l’équipe du Bafuji FC. Il y jouera en D3 et D1  parallèlement il est gardien de l’équipe des enseignants dans les différentes compétitions provinciale,régionale et nationale. Les multiples contraintes professionnelles vont en 2013 amener Vincent à se dévêtir de la tunique du gardien pour de celui d’arbitre

L’arbitrage un rêve devenu réalité

« Mon histoire avec le sifflet commence en 2007 mais bien avant cette date je m’exerçais avec l’aide de certains devanciers comme Tangba Hien, Bernard Palé et Alain Somé ». C’est précisément le 1er mai 2007 que l’instituteur de formation fait son examen écrit pour être arbitre de district. Après cette étape, notre arbitre et ses collègues vont restés jusqu’à la saison sportive 2011-2012 sans faire l’examen pratique. Il affirme que c’est avec la venue de Sita Sangaré, président de la fédération Burkinabé que les choses ont changé. Sans examen pratique, M. Sangaré a nommé tous les arbitres dans cette situation au poste  de l’arbitre du district. Cette nomination ouvre le chemin à vincent kambou qui va par la suite réussir avec brio à l’examen d’arbitre de ligue. Avec ces deux titres, M.kambou gagne en galon  et peux  désormais officier dans les compétitions de deuxième et troisième division ( D2 et D3).

La détermination, l’engagement et la volonté de notre modèle à écrire son nom en lettre d’or dans la famille des arbitres va payer. C’est ainsi que depuis 2016 la région du  sud-ouest peut être fière de vincent Kambou. En effet il représente toute une région dans le championnat d’élite de notre pays. Lui-même l’affirme « C’est avec beaucoup de fierté que j’officie en tant qu’arbitre assistant. Mais ma joie sera totale, si nous sommes nombreux à quitter la région pour les matchs de première division ». Tout en encourageant la jeunesse de la région à s’intéresser à ce corps de métier, Vincent Kambou prévient. « Il faut être prêt à essuyer les injures, les plaintes et les humeurs des joueurs, coach et supporters ». En un mot tout arbitre doit être prêt à « encaisser ou supporter ».Ce n’est pas tout,  l’arbitre doit être prêt à faire beaucoup de déplacement donc éloigner de sa famille « Cette année par exemple le 24 ,25, 31 décembre et 1er janvier j’étais loin de ma famille à cause de l’arbitrage ».

L’arbitrage n’est pas que supporter. Il y a des moments de joie et de bonheur dans l’arbitrage. Ces instants surviennent lorsque les 22 acteurs et même les supporters reconnaissent le travail bien fait d’un arbitre.

Je rêve d’être arbitre FIFA

En optant d’être arbitre assistant, Vincent Kambou ambitionne sifflet des matchs des compétitions internationales ; officier les matchs tels que les différentes coupes d’Afrique des nations, les CHAN, … Conscient du chemin qui lui reste à parcourir, notre arbitre fédéral s’applique pour y parvenir. « Seul le travail paie et je mettrai tout ce qui est à mon pouvoir pour atteindre mes objectifs. »

Pour l’heure la région du sud-ouest n’a aucune équipe en première division. Et cette situation attriste la seule culotte noire du sud-ouest. Impatient donc, Vincent Kambou rêve aussi  de voir le Bafuji FC jouer la première division du championnat burkinabé. Pour cet arbitre fédéral l’avant dernière place qu’occupe le Bafuji FC en ce début de championnat n’est pas honorable. Le mal selon lui réside dans la méconnaissance des lois de jeux. « Le coach, les joueurs, les dirigeants et les supporters ne maitrisent pas les lois du football. » Et, « malheureusement ils ne vont pas vers l’information ». Cependant, pour lui,  l’équipe a été victime à plusieurs occasions, d’erreurs d’arbitrage. En outre, il affirme que la pression des supporters sur les arbitres dans les matchs à domicile n’est pas forcément la solution. En dehors de vincent Kambou, le sud-ouest totalise 7 arbitres qui officie dans la deuxième division.

Dalou Mathieu Da

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *