.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Ruines de Loropéni: Un comité local pour la gestion du patrimoine mondial


Inscrit depuis 2009 au patrimoine mondial de l’UNESCO, sa gestion et la protection des ruines de Loropéni est désormais confié à un comité installé officiellement ce jeudi 06 septembre 2018 par le ministre de la culture, des arts et du tourisme. Une installation précédée par une visite des ruines. En prélude à la solennité de l’installation du comité, le directeur des sites classés au  patrimoine mondial a exposé sur l’importance et la stratégie de fonctionnement du comité mis en place.

Dans sa dynamique de valorisation des sites touristiques le ministère de la culture, des arts et du tourisme, entreprend des sorties pour mieux planifier leur gestion. Inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO les ruines de Loropéni font actuellement la fierté du BurkinaFaso sur le plan international.Cette reconnaissance ne doit pas être une fin en soi. Elle doit booster le secteur du tourisme à travers ses visiteurs nationaux et étrangers, et par ricochet contribuer au développement économique de la localité et du pays. Et l’atteinte de cet objectif passe par la protection et une bonne gestion de ce site.

La cérémonie d’installation du comité a été précédé par une visite du site des ruines par la délégation ministérielle. Le ministre de la culture des arts et du tourisme Abdoul Karim Sango, s’est dit émerveillé par le génie de l’architecture de cette bâtisse millénaire. Cette randonnée sur le site devrait également permettre de« mieux cerner les actions qui doivent être entreprises pour maintenir le site en bon état ».Foi de Abdoul Karim Sango. A l’issue de cette visite somme toute fructueuse, le ministre a apposé sa signature sur le livre d’or du site des ruines de Loropéni.

En prélude à l’installation officielle du comité, une communication sur l’importance, la pérennisation et la gestion des ruines de Loropéni a été assuré par Léonce Ki, directeur des sites classées patrimoine mondial. Il a la ferme conviction que « la mise en place de ce comité, permettra aux acteurs locaux qui sont les gestionnaires du site, de préserver les 279 hectares que comptent le site des ruines de Loropéni ».

Le comité de protection et de gestion qui a été installé regroupe plusieurs sensibilités (coutumières, religieuses, politiques et administratives) et est fort de 23 membres. Il est présidé par le préfet du département de Loropéni et secondé par le maire de la commune. Le président du comité a demandé le soutient de tous pour la gestion du site.

Pour le ministre Abdoul Karim Sango « ce comité doit compter d’abord sur la population locale, car tout n’est pas question de moyen financiers d’abord. Le comité doit d’abord sensibiliser les populations pour qu’elles comprennent que ce bien leur appartient et leur a été confié par la communauté mondial et certains actes tels que les feux de brousse et la chasse doivent être proscrites et ensuite l’état jouera sa partition au fur et à mesure ».

 

Victorien DIBLONI



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *