.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Protection de l’enfance au Sud-ouest : La direction régionale des droits humains outillent les tenanciers de débits de boisson


La direction régionale des droits humains et de la promotion civique du Sud-ouest organise une séance de sensibilisation sur les instruments juridiques de protection des droits de l’enfant. C’est la salle de conférence de l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE) qui a servi de cadre pour cet atelier qui a regroupé les tenanciers de débits de boisson et les représentants des organisations de la société civile de la région du sud-ouest.

L’objectif de cette séance de sensibilisation est de mettre à contribution les participants dans la lutte contre les pires formes de travail des enfants dans les débits de boissons et autres secteurs d’activités. une séance de sensibilisation qui a connu la présence du Gouverneur de la région du sud-ouest. La spirale de la pauvreté et l’ignorance bouleversent les familles au point que les enfants jadis protégés par les structures traditionnelles et les coutumes contre la maltraitance, l’exploitation et l’abandon sont obligés de travailler de nos jours dans des conditions très difficiles en vue de relever le revenu familial ou dans l’optique de pouvoir survivre par leurs propres moyens. Une situation qui les contraint à se diriger vers des secteurs d’activités tels que les débits de boisson pour subvenir à leur besoin. C’est conscient de cette réalité et de la dangerosité de telles activités dans la vie des enfants que la direction régionale chargée de la protection et de la promotion des droits des hommes de demain a initié cette session de formation.

A en croire Metouor SOMDA Woubar Directeur régional des droits humain du sud-ouest, « Des statistiques collectées par la direction régionale des droits humains de la région à travers des études menées en 2015 et 2018, nombre d’enfants continuent de subir les Pires formes de travail dans plusieurs secteurs d’activités. Il s’agit essentiellement des champs de coton, les sites d’orpaillage mais également avec un constat alarmant dans les débits de boissons. Cette séance de sensibilisation qui réunit les tenanciers des débits de boisson et OSC et les représentants des orpailleurs vise à amener les participants à être plus sensible à la question de la protection de l’enfant afin de contribuer à l’amélioration de leur condition de vie ». Avant de poursuivre « le choix des participants à cette séance de sensibilisation n’est pas fortuit. On a constaté ce sont eux qui sont directement concernés et peuvent nous aider à rendre effectif les droits des enfants dans cette région. Nous attendons d’eux à travailler de sorte à relever les défis auxquels les enfants font face. »

Dans son discours d’ouverture de la cérémonie, le gouverneur de la région du sud-ouest Wendinmanegdé Emmanuel ZONGO, n’a pas manqué de féliciter les organisateurs de la formation. Pour lui, « la lutte contre le travail des enfants constitue aujourd’hui une grande préoccupation pour le Burkina Faso en général et la région du Sud-ouest en particulier. La fréquentation des enfants dans les débits de boisson en quête de travail ou pour y vendre des articles de commerces ouvre la voie à des violations certaines de leurs droits et entache sérieusement leur avenir. C’est pourquoi la vulgarisation des textes juridiques sur le travail des enfants demeure un impératif dans la région et par ricochet au Burkina Faso. » Il a par ailleurs invité les participants à accorder de l’intérêt à cette séance de sensibilisation en fondant l’espoir qu’ils sortiront mieux outillés pour affronter avec sérénité les défis liés au respect et à la protection des droits de l’enfant. Cette séance de sensibilisation sur les instruments juridiques de protection des droits de l’enfant, qui a débuté ce jeudi 24 septembre 2020 prend fin le mardi 29 septembre.

SIE MICHAEL DA



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *