.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Pandémie du coronavirus : Ibrahim GUIRE sensibilise les populations de Gaoua


Etudiant en 2ème année en  Science Biologique Appliquée (SBA) au centre universitaire de Gaoua, Ibrahim GUIRE, a décidé en cette période de pandémie du coronavirus d’apporter sa touche afin de limiter la propagation de la maladie.  En plus des masques qu’il achète dans les pharmacies pour revendre, il sensibilise aussi les populations sur les bonnes mesures à suivre pour éviter de contracter cette maladie.  Nous l’avons rencontré à la gare routière de Gaoua.

La pandémie du coronavirus mérite une sensibilisation accrue de la population sur les mesures à adopter afin de se protéger contre cette maladie. Ibrahim GUIRE,  étudiant en 2ème année en science biologique appliquée trouve nécessaire de contribuer à sa manière à prévenir cette maladie.  «  On a eu une initiative moi et mon acolyte étudiant, de venir en aide à la population Burkinabé au vu de la montée de la maladie qui est le coronavirus, covid-19 qui est une maladie contagieuse. Nous essayons de donner des conseils aux personnes qui n’ont pas de connaissance sur la maladie  sur les mesures d’hygiène, quel comportement il faut adopter pour éviter la maladie. Nous on a décidé d’acheter des masques pour mettre à la disposition de la population de Gaoua, puisque les gens se déplacent et comme on ne peut pas  empêcher aux gens de se déplacer donc on leur propose des masques pour qu’ils se protègent » a-t-il expliqué.

Sur la question de savoir si leur action est coordonnée par une structure, GUIRE répond par la négative «  c’est une action personnelle que nous menons, étant donné qu’à cause de cette maladie, les cours sont suspendus,  nous avons décidé de rester à Gaoua pour apporter notre pierre à la lutte contre cette maladie ».  Et derrière cette action d’aide, il y a aussi une action pécuniaire,  GUIRE éclairci «  oui nous les payons en pharmacie en gros et on revend à 200 FCFA l’unité, c’est pour nous permettre de boire de l’eau  et comme les gens ignorent la maladie, nous leur expliquons. Pour nous,  c’est la sensibilisation sur la maladie, on est partant  pour quiconque ou une structure qui viendrait à nous solliciter pour accompagnement. C’est vrai qu’on n’a pas de cas d’abord à Gaoua mais mieux vaut prévenir que guérir ». Pour GUIRE,  le choix de la gare n’est pas fortuit « on a choisi la gare c’est dû au mouvement des gens ici, c’est à la gare que toute sorte de personne peut se rencontrer. C’est la raison de notre présence ». Il invite les populations Burkinabé à suivre les mesures préventives données par les autorités sanitaires afin d’éviter la propagation du coronavirus.

Victorien DIBLONI



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *