.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Lutte contre la drogue : Le comité national de lutte contre le phénomène sensibilise les scolaires de Gaoua


En marge de la semaine scolaire de l’éducation à citoyenneté, le comité national de lutte contre la drogue a entamé une tournée de sensibilisations dans les établissements scolaires primaires et secondaires de la ville Gaoua. Les échanges avec les élèves ont porté sur les méfaits des stupéfiants.

Le commissaire divisionnaire de police, Franck Elvis COMPAORE, secrétaire permanent du comité national de lutte contre la drogue  donne des conseils à un adolescent que nous décidons de nommer ici Sié. Le petit Sié est en classe de CM1 dans un établissement de la ville de Gaoua. Il fume la chicha, cette substance nuisible qui prend de l’ampleur dans les milieux scolaires. Conscient du phénomène, Franck Elvis COMPAORE et son équipe sensibilisent les scolaires des différents établissements de la ville de Gaoua. C’est le tour du CEG de Tielkan de recevoir l’équipe le mercredi 28 octobre 2020. Aux élèves, ils ont présenté le secrétariat permanent du comité national de lutte contre la drogue. Divisés en deux groupes, les membres de l’équipe ont usé de plusieurs techniques pédagogiques pour faire prendre conscience aux élèves du phénomène des stupéfiants en milieux scolaires.

A la question de savoir ce que c’est qu’une drogue, les élèves ont répondu qu’il s’agit d’une substance qui modifie le fonctionnement du système nerveux. Ils ont cité une panoplie de noms allant des drogues licites comme le dolo, le tabac, l’alcool, le thé, le café et celles illicites comme le cannabis, la cocaïne, la marijuana et bien d’autres.

L’occasion a été donnée aux élèves de citer les différentes conséquences de la consommation de ces drogues. Ensuite, les professeurs du jour ont apporté des éclaircissements et surtout des conseils.

Sako Fatoumata est en classe de 3èmeau CEG de Tielkan de Gaoua : « J’ai appris que la drogue n’est pas une bonne chose. Elle est nuisible pour l’organisme. En la consommant, l’on peut ruiner sa vie ».

Palenfo Djèmi Daouda est également en classe de 3ème. « La drogue détruit l’organisme, elle change la manière de parler, le comportement. Elle conduit à des réactions violentes, le drogué peut même commettre un meurtre. Il faut que le gouvernement prenne plus de dispositions pour combattre ce phénomène car il y a beaucoup d’élèves qui en consomment, pensant qu’elle leur permettra de pouvoir bien étudier » a reconnu le jeune garçon.

Le secrétaire permanent du comité national de lutte contre la drogue, le commissaire divisionnaire de police Franck Elvis Compaoré indique que leur présence coïncide avec la semaine scolaire de l’éducation de la citoyenneté. Son équipe a voulu apporter sa contribution à ces actions citoyennes à travers la sensibilisation du monde scolaire. « Nous sommes venus dire aux élèves et aux parents d’élèves que la drogue est une substance extrêmement dangereuse qu’elle soit naturelle ou d’origine synthétique. Je voudrais aussi interpeller les parents. Ils ne doivent pas laisser les enfants dans les mains de la rue, des portables et de la télévision. Ils doivent avoir un regard sur les sorties des enfants » a souhaité monsieur Compaoré.

Et ce sont près d’une dizaine d’établissements scolaires qui bénéficieront de cette sensibilisation. D’autres équipes du secrétariat permanent du comité de lutte contre la drogue mènent des activités du même genre dans les villes de Fada N’Gourma, Kaya et Ouahigouya.

Lasscoul



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *