.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Loi de programmation militaire 2018-2022 : 725 milliards de francs CFA pour mettre en œuvre la réforme de l’armée burkinabè


L’Assemblée nationale a adopté le 14 décembre 2017, à l’unanimité des 82 votants, le projet de loi portant programmation militaire quinquennale pour la mise en œuvre du plan stratégique 2018-2022 pour la réforme des forces armées nationales. L’adoption de ce projet de loi permettra d’offrir aux forces armées nationales des moyens conséquents pour remplir efficacement leur rôle. Au cours de la séance plénière, le président de l’Assemblée nationale a invité la hiérarchie militaire à faire en sorte que les troupes soient dotées de matériels performants grâce à cette dotation. Par ailleurs, il a annoncé que la représentation nationale se rendra prochainement dans la région du Sahel burkinabè pour s’enquérir des conditions de vie et de travail de nos militaires.

Courageux, loyaux et braves, les militaires burkinabè inspiraient jadis crainte et respect dans la sous-région et donnaient l’image d’une armée professionnelle bien organisée et bien équipée. Malheureusement, au fil du temps, la politisation à outrance de ce corps et la mauvaise gouvernance de l’institution qui s’en est suivie ont mis à mal sa cohésion. Pire, ses valeurs éthiques se sont effritées et le commandement s’est plus que fragilisé. Dès lors, on a assisté de manière récurrente depuis 1999 à des revendications, des manifestations violentes de soldats et surtout des mutineries dans les casernes dont celles de 2011.

S’appuyant sur cette évolution de notre armée et du vent de changement impulsé par l’insurrection populaire d’octobre 2014, le gouvernement a élaboré le Plan stratégique pour la réforme (PSR) des forces armées nationales en vue de construire progressivement une armée républicaine et opérationnelle.

Le projet de loi portant programmation militaire quinquennale soumis aux députés vise donc à assurer le financement de l’ensemble des activités prévues par le PSR 2018-2022. Ces activités sont réparties dans plusieurs programmes regroupés en trois axes stratégiques que sont : le renforcement de la déontologie et de l’éthique militaire ; le renforcement de la gouvernance ; le renforcement de la responsabilité.

La hiérarchie militaire

La mise en œuvre de cette loi nécessitera 725 253 753 080 F CFA sur les cinq ans.
Adoptée à l’unanimité des 82 députés votants du jour, cette loi comprend cinq articles et une annexe qui définit annuellement le budget requis pour la mise en œuvre des axes stratégiques et du dispositif de mise en œuvre de coordination et de suivi du plan. L’adoption de ce projet de loi devrait permettre de renforcer la déontologie et l’éthique militaire, la gouvernance de l’institution militaire, la responsabilité des acteurs, le caractère républicain de l’armé, d’offrir des moyens conséquents aux forces armées nationales et d’assurer la garantie du financement des besoins de l’armée.

« Payez des équipements performants pour ceux qui sont sur le terrain »

« Nous voulons d’une armée républicaine, d’une armée professionnelle, d’une armée disciplinée et opérationnelle pour faire face aux menaces auxquelles nous sommes confrontés. Et cette loi adoptée viendra renforcer le caractère républicain de l’armée », a expliqué Jean Claude Bouda, le ministre de la défense nationale et des anciens combattants.

Le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé a, quant à lui, félicité et encouragé les soldats « qui bravent les intempéries, les balles, les terroristes pour que le Burkina Faso puisse vivre en paix ». Puis, il s’est adressé à la hiérarchie militaire présente à l’hémicycle pour l’examen de la loi, en ces termes : « Si nous votons cette loi, c’est pour vous permettre de pouvoir mettre à la disposition de la troupe les moyens nécessaires de façon à ce que ces jeunes puissent travailler dans de bonnes conditions, puissent vivre décemment et cela est très important. Nous ne souhaitons plus voir des rangers percés, des canons militaires qui ne pètent pas, des tenues militaires délavées ou déchirées. Payez des équipements performants pour ceux qui sont sur le terrain ».

Les députés iront au Sahel dans les prochains jours

Aussi, Alassane Bala Sakandé a confié que l’Assemblée nationale ira au Sahel dans les prochains jours. « Nous irons vivre les réalités de nos militaires. Nous irons parce qu’ils sont aussi des Hommes qui ont laissé des époux, des épouses et des enfants pour se retrouver sur le théâtre des opérations. Nous irons et à cette occasion, nous allons demander à cette muette de se démutiser. Il faut qu’ils parlent, qu’ils nous disent quelles sont les problèmes réels », a martelé le patron du parlement burkinabè.
Enfin, il a demandé et obtenu de la part de l’ensemble des députés présents, l’adoption à l’unanimité de ce projet de loi comme un signal fort à l’adresse des forces armées nationales sur la nécessité de s’unir lorsque la nation burkinabè est menacée et reléguer au second plan les querelles politiciennes futiles.

Moussa Diallo
Lefaso.net




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *