.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Journée internationale de la jeune fille à Gaoua : La lutte contre les grossesses précoces au cœur de la célébration


A la veille de la journée  internationale de la jeune fille, plan Burkina bureau du sud-ouest a organisé une journée de plaidoyer à travers une vidéo-conférence ce mercredi 10 octobre 20118. Ces échanges étaient axés sur le phénomène des grossesses précoces en milieu scolaire et le mariage d’enfants.A travers cette activité de plaidoyer plan international veut mettre fin à ce phénomène qui nuit à l’épanouissement de la fille.

Via Skype, deux filles du sud-ouest, du centre-est et du centre nord ont incarné le rôle de décideur le temps d’une journée. incarnant le rôle des ministres de l’action sociale, de l’éducation nationale, de la santé et la présidente de l’assemblée nationale ces stars ont discuté sans complexe de la problématique des grossesses précoces en milieu scolaire et du mariage d’enfants dans ces différentes régions. A travers cette vidéo conférence, l’on comprend aisément que le phénomène au sud-ouest, au centre- nord bat de l’aile en témoigne les statistiques livrés par les stars.

Pour Clément. G. Méda directeur de plan Burkina bureau du sud-ouest, cette activité de plaidoyer est une initiative de plan international. Elle vise à donner un point d’honneur à la jeune fille a expliqué M.  Méda. Le directeur de plan international, bureau du sud-ouest explique que les filles ayant échangé via skype  ont incarné des personnages qui ont de grandes responsabilités dans ce pays pour parler de la thématique des grossesses précoces .Il poursuit en affirmant que cette activité est un  plaidoyer auprès de l’opinion publique, des partenaires  des autorités et de toutes  les sensibilités afin que tous prennent conscience de l’ampleur du phénomène.

A l’issue de la conférence Clément G. Méda affirme que l’objectif recherché est atteint. En effet explique-t-il  cette activité fut une opportunité pour ces filles de démontrer ce qu’elles ont comme talent. « Elle a surtout permis à l’opinion de savoir que l’on ne saurait mener cette lutte sans les filles » a-t-il ajouté. Il poursuit en affirmant que l’idée est que «  les filles prennent le pouvoir ».

Dabiré .W. Rose. Astrid a incarné le rôle de la ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille. Pour elle cet exercice est un plus pour elle et ses camardes car, il permettra de lutter  contre les grossesses précoces dans la région du sud-ouest. Elle prend l’engagement d’être un relais auprès de ses camarades et invite les autorités à prendre des mesures fermes pour mettre fin au phénomène.

Le secrétaire général de la province du poni oumarou Sandwidi, représentant le gouverneur  de la région a laissé entendre que les autorités mettront tout en œuvre pour barrer la route à ce phénomène qui empêche l’épanouissement de la jeune fille.

Dalou Mathieu Da



Articles similaires

One thought on “Journée internationale de la jeune fille à Gaoua : La lutte contre les grossesses précoces au cœur de la célébration

  1. Kambou Sié Elie

    Vivement que ces actions se propagent aussi dans les milieux urbains. Surtout faudrait-il encore que tous les composants de la société en fasse leur cheval de bataille

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *