.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Journée de l’Enfant Africain 2019: Les enfants du Poni battent le pavé pour interpeler les autorités quant à la prise en compte de leurs droits


En marge de la célébration de la journée de l’enfant africain (JEA) 2019, le réseau communal pour la protection de l’enfant de Gaoua en collaboration avec le parlement des enfants du Poni ont organisé ce 15 Juin 2019 à Gaoua, une marche de plaidoyer pour interpeller les autorités à prendre en compte certains droits des enfants lors des grandes décisions.

L’année 2019 marque la 29e édition de la célébration de la journée de l’enfant africain. A cette occasion, les enfants du Poni représentants les enfants de la région du Sud-ouest ont effectués une marche de plaidoyer pour la reconnaissance de leurs droits. Sortis nombreux pour la circonstance, les enfants ont arpenté quelques artères de la villes de Gaoua pour dire non aux violences faites aux enfants, non au viol des enfants, non à l’excision, non au mariage forcé… avant de rejoindre le haut commissariat ou ils ont remis une lettre au haut commissaire. Dans cette lettre lue par la présidente du bureau provincial du parlement des enfants du Poni, Mélissa HIEN, les enfants ont demandé aux autorités de la région et partant du Burkina d’avoir une attention particulière et de livrer un message de compassion à l’endroit des enfants victimes de terrorismes et de pires formes de travail. D’où l’importance du thème de cette 29e journée qui est : «  Actions humanitaires dans un contexte d’insécurité au Burkina Faso, défis de la prise en compte des droits de l’enfant ». Les enfants par la voix de leur représentante ont aussi déploré la recrudescence des grèves dans certains secteurs tels que l’éducation et la santé dans notre pays avec leurs corolaires de conséquences sur le droit des enfants.

Pour le premier responsable de la province du Poni Antoine Marie Sulvanus DOUAMBA, parrain de cette 29e journée de l’enfant africain dans la région du Sud-ouest qui a reçu la lettre de plaidoyer au nom du Gouverneur du Sud-ouest, cette marche est digne de foi. Il dit aussi être content du choix porté en sa personne comme parrain de cette journée à Gaoua avant d’inviter les enfants à fréquenter les écoles, à respecter les parents et les éducateurs et d’ajouter que : « La place de l’enfant c’est à l’école et non dans les marchés ni dans les sites d’or ou dans des maquis ». A noter que cette activité s’est terminée par un repas communautaire offert aux enfants.

En rappel, La journée de l’enfant africain est organisée chaque année depuis le 16 juin 1991 par l’organisation de l’unité africaine, en souvenir du massacre de centaines d’enfants lors d’une marche pour leurs droits à Soweto en Afrique du Sud par le pouvoir de l’apartheid  le 16 juin 1976.

Sansan Bertin SIB

tinosbs@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *