.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Excision d’élèves à Kuekuera:    30 victimes retrouvées sur 38


L’affaire, élèves excisées de kuekera dans la commune de Périgban continue de révéler ses secrets. Alors que les victimes étaient portées disparues, les  recherches  entamées par les services de l’action sociale ont permis de mettre la main sur 30 victimes à la date du 26 janvier. Des dispositions sont prises pour leur prise en  charge sanitaire et psychologique.

Le jeudi 24 Janvier dernier, une équipe de  la direction provinciale de l’action sociale du Poni s’est rendue à Kuèkuera ,village situé à 08km du chef lieu de la commune, Périgban où des élèves avaient été excisées. Une fois dans le village, les victimes et leurs parents se sont évadés. Ainsi les services de l’action sociale et la police sont retournés ce jour là bredouille sans pouvoir secourir les victimes ni mettre la main sur les coupables. Cependant les négociations et les recherches se poursuivaient. L’approche adoptée a été celle de la négociation. Elle va porter fruit puisque de concert avec le personnel éducatif du village, la direction provinciale de l’action sociale a pu mettre la main sur 30 des 38 filles excisées .

Pour Drissa Tou directeur provincial de l’action sociale du Poni les recherches n’ont pas été faciles «  Face à la réticence et à la peur dans le village, nous avons opter pour la négociation que d’utiliser la force à savoir les interpellations. C’est ainsi que nous avons pu retrouver 30 filles. Nous poursuivons les recherches pour mettre la main sur les 08 filles restantes « . Les filles excisées ont été toutes conduites au centre médical de Kampti pour des soins et une prise en charge psychologique. « Parmi les victimes, certaines saignent toujours et nous sommes obligés de les garder pour suivre l’évolution avant leur retour dans le village. Cependant  leur vie est hors de danger. » a rassuré  Drissa Tou.

Dans l’attente de kits de santé de la part de son ministère le directeur provincial de l’action sociale du Poni invite toutes les bonnes volontés à les soutenir pour la prise en charge des victimes. Jusqu’à ce jour, il n’ya pas un chiffre exact des filles excisées. En effet de 35 élèves excisées le jeudi 24 Janvier, le chiffre est passer à 38. Ce dont les services de l’action sociale sont sûrs, des filles non scolarisées sont  concernées par la pratique. Outre Kuekuera, les  enfants des villages de Niamina et de Djègonao ont aussi été victimes.

Dalou Mathieu DA



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *