.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Commune de  Iolonioro : Le maire rend compte de sa gestion à la population


Le Maire de la commune rurale de Iolonioro dans la province de la Bougouriba était face à sa population le samedi 23 novembre 2019. Ce face à face lui a permis de rendre compte d’un an de sa gestion à la population.  Cette journée de dialogue communal s’est tenue grâce à l’accompagnement de VARENA/ASO et l’appui du programme d’appui aux collectivités territoriales (PACT).  Elle est la quatrième du genre après celle de 2016, 2017 et 2018. 

Débutée à 10 heures, le Maire Koumbou Alexis KAMBOU a dès l’entame souhaité la bienvenue à tous ses hôtes. Il a ensuite demandé une minute de silence à la mémoire du conseiller municipal Tihité  Kambou décédé et de tous les burkinabè tombés sous les balles assassines des  terroristes. A l’issue de ce mot, il a procédé à la présentation du conseil Municipal qui se compose de 82 conseillers municipaux issus de deux partis politiques que sont  le MPP et l’UPC. Le bureau exécutif communal se compose ainsi qu’il suit : Koumbou Alexis KAMBOU Maire,  Kopara KAMBOU premier adjoint, Sié Téitou PODA deuxième adjoint, Nata KAMBOU, président des affaires générales, Laurent KAMBOU  président des affaire économiques et financières, Sié KAMBOU  président des affaires foncières,  Léou KIMPER de la commission environnement et développement  local  et deux conseillers régionaux  Kpierleté KAMBOU et Koko PODA.

     Les sessions du conseil municipal se sont tenues régulièrement depuis trois ans avec un très bon taux de participation de plus de 90% a-t-il poursuivi. Il a noté au passage que durant les trois ans d’exercice (2017-2019), le conseil municipal a enregistré des démissions, cinq au total qui ont été remplacés automatiquement par leur suppléants directs .Il a souligné aussi qu’un conseiller municipal Namsouo KAMBOU est toujours en prison pour tentative de meurtre suite au conflit de Tomena.

    Il a félicité le programme d’appui aux collectivités territoriales pour son accompagnement à la mise en œuvre d’un plan de développement  institutionnel et d’un plan de communication en cours d’élaboration. On note également l’existence d’un plan d’action communal de lutte contre les pires formes de travail des enfants mis en place grâce à l’accompagnement de fonds enfants et jeunes. Agir ensemble dans la transparence et la légalité pour un développement durable ainsi s’articule le projet de société du maire Koumbou Alexis KAMBOU. Pour concrétiser  sa vision, il a mis sur pieds des cadres de concertation, des fora, des assemblées générales et l’organisation des journées de dialogue communal, cadre de redevabilité  dont le but est d’aboutir à un changement de mentalité et faire participer toutes les couches sociales aux actions de développement de la commune.

   La cohésion sociale étant un socle incontournable pour le développement  souhaité  et d’un vivre ensemble harmonieux, le président de la collectivité a organisé plusieurs activités au nombre desquelles la coupe du maire, des activités culturelles et sociales, des assemblées générales de zone sans doute facteurs de rassemblement et de  cohésion  sociale. De ce bilan, il ressort aussi que des conflits fonciers opposant autochtones entre eux, migrants entre eux et autochtones et migrants sont fréquents dans la commune et c’est celui de Tomena qui a fait écho au-delà des frontières communales. Les interférences extérieures ont rendu difficiles la gestion de cette crise mais le conseil municipal a tout mis en œuvre pour amener les protagonistes à un accord par le biais de la parenté à plaisanterie même si cet accord reste encore à consolider.

  Du côté de la mobilisation des ressources,  le conseil a pris des mesures pour parer aux difficultés liées aux recouvrements. On note entre autres, l’achat de cinq vélos pour permettre la mobilité des collecteurs, la réactualisation du fichier  dans tous les domaines  de taxation, la sensibilisation des populations  sur le civisme fiscal, le recrutement de nouveaux collecteurs, l’élaboration en 2020 d’un budget participatif et la construction du marché de Diassara à hauteur de 96 000 000 FCFA avec l’appui du PADEL. Les différents budgets exécutés depuis 2016 sont les suivants.

En 2016, le budget global était de 217 215 929. En 2017 il s’élevait à 176 654 929 tandis qu’en 2018, il remontait à 176 654 929. Pour cette année 2019, le budget est de 216 282 332

    Au titre des partenaires de la commune, on récence : le Fonds Permanant pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT), le fond d’investissement pour les collectivités décentralisés (FICOD), le programme d’appui aux collectivités territoriales(PACT), Plan Burkina/Gaoua, Le fonds enfants et jeunes, le programme d’appui au développement des économies locales (PADEL), le Mouvement citoyen pour le développement de la Bougouriba (MCDB), l’association Nobiel, le PROGETO MONDO…Grâce à l’accompagnement de ces partenaires et sur fonds propres, la commune a pu mettre en œuvre chaque année un plan annuel d’investissement (PAI) pour la réalisation d’infrastructure et autres actions dans les différents services sociaux de base de la commune. Le conseil municipal de la commune  de Iolonioro a pu organiser régulièrement les journées de redevabilité depuis sa mise en place en 2016.

Laurent KAMBOU, Correspondant communal



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *