.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Clubs droits humains du Sud-Ouest: La direction régionale des droits humains et de la promotion civique appui les activités des clubs


Les clubs droits humains et civisme de la région du sud-ouest ont mené du 11 au 14  mars 2020 un ensemble d’activités.  L’objectif visé à travers ces activités de sensibilisation est d’amener les clubs droits humains et civisme à contribuer à la promotion des droits humains et du civisme et de renforcer leur visibilité dans leurs établissements respectifs. Ces activités ont été réalisées grâce à l’appui technique et financier de la Direction régionale des Droits humains et de la Promotion civique (DRDHPC) du Sud-ouest qui ont en outre assuré le suivi.

Ils sont au total 10 clubs droits humains et civisme soit 5 clubs à Gaoua et 5 clubs à Dano à bénéficier de l’appui technique et financier de la Direction régionale des Droits humains et de la Promotion civique (DRDHPC) du Sud-ouest. Cet appui a favorisé la réalisation des activités de sensibilisation dans leurs établissements respectifs. Dans chacun des 10 établissements, le club droits humains et civisme a animé une conférence sur le civisme et la DRDHPC a organisé un jeu concours sur les droits humains et le civisme à l’issue duquel tous les établissements ayant pris part ont été primés.

Pour ce qui est de la conférence, elle a été animée dans chaque établissement par une personne ressource désignée par chaque « club droits humains et civisme », sous l’assistance des autres membres et la supervision de l’équipe de la DRDHPC du Sud-ouest.  L’accent a été mis sur trois points essentiels à savoir la définition des concepts, les manifestations, les causes et conséquences de l’incivisme, et le rôle citoyen et l’exercice des droits et devoirs de l’élève.

Ce sont les termes de  civisme, citoyenneté,  patriotisme,  civilités et incivisme qui ont été définis par les différents intervenants. Mais avant d’y arriver,  ils se sont d’abord entretenus avec leurs camarades sous la forme de questions-réponses. Après avoir recueilli quelques réponses, ils ont défini ces termes et ont fait comprendre à l’auditoire que les notions de civisme et de citoyenneté sont indispensables pour tout développement et toute réussite en milieu scolaire. Ils ont ajouté que pour revendiquer ses droits, il faut d’abord assumer ses devoirs. Ils ont également souligné qu’aucun pays ne peut véritablement parvenir au développement sans un bon niveau de civisme de sa population.

En ce qui concerne  l’état des lieux de l’incivisme en milieu scolaire, les communicateurs du jour se sont attardés sur trois (03) principaux points essentiels à savoir les manifestations, les causes et les conséquences. Pour ce qui est des manifestations, ils ont indiqué que les actes d’incivismes se manifestent en milieu scolaire par des agressions physiques ou verbales, le non-respect de l’autorité de l’enseignant, les actions illégales et/ou violentes, le déclin de l’amour du travail et la culture du gain facile, le port des armes blanches et des armes à feu à l’école, le développement de certains phénomènes nuisibles tels la consommation des stupéfiants, les grossesses en milieu scolaires, la dépigmentation, les images pornographiques, entre autres. Les causes quant à elles sont principalement liées à la crise de la cellule familiale, l’absence d’écoute, de dialogue et de communication réelle en famille,  la non maitrise du rôle éducatif des parents,    la mal gouvernance, la crise de l’autorité de l’Etat,  les inégalités sociales, la pauvreté,  l’influence perverse de certains médias, pour ne citer ne celles-ci. Les conséquences de ce phénomène ont un impact négatif certain sur l’institution scolaire, les établissements  et les apprenants qui les fréquentent. Ainsi,  on note la baisse du niveau de l’éducation d’où les mauvais résultats scolaires,  la dégradation du climat scolaire qui, de ce fait, devient inapproprié à l’épanouissement des enfants, l’insécurité dans le milieu scolaire qui menace en permanence l’intégrité physique et morale des enfants, la destruction des édifices et matériels scolaires, la remise en cause des principes et règles de l’état de droit et de la démocratie, la démotivation des enseignants, etc. Seuls les élèves à travers leurs comportements peuvent réhabiliter leurs établissements et leur donner une renommée. Le comportement civique de l’élève est très déterminant pour le bon fonctionnement de son établissement, toute chose qui contribue à lui garantir de bonnes conditions d’études et de chance de réussir, ont  soutenu les différents animateurs. Un autre rôle citoyen de l’élève donné par les communicateurs est d’exercer ses droits et ses devoirs de façon équilibrée. A cet effet, des remarques ont été faites selon lesquelles, certains élèves prétendent connaitre leurs droits sans penser à leurs devoirs. Pourtant il ne peut y avoir de droits sans devoirs, ont-ils mentionné.  Comme droits spécifiques de l’élève, ils ont évoqué le droit à l’éducation, le droit à l’intégrité physique et morale au sein de l’établissement, la liberté d’association et de réunion pacifique, la liberté de religion, le droit à des mesures d’encouragement (tableau d’honneur, etc.). Quant aux devoirs spécifiques, ils ont mentionné le respect du règlement intérieur, le devoir de ponctualité et d’assiduité, le devoir de discipline, l’interdiction de la violence, le devoir d’honnêteté, entre autres.

Un jeu concours pour tester le niveau

Après les conférences, un jeu concours a été organisé à l’intention des différents clubs des droits humains et civisme de la région. Un questionnaire relatif aux droits humains, au civisme et à la citoyenneté responsable a été élaboré par la DRDHPC du Sud-ouest et soumis à la réflexion et à la compétition à chacun des clubs droits humains et civisme. Après la composition, les copies ont été remises aux équipes de la DRDHPC déployées à Dano et à Gaoua sous plis fermé pour correction. Quant au dépouillement et à la délibération, elles ont eu lieu au sein du lycée privé Mousso-Dankan à Dano, et au sein de la DRDHPC-SUO à Gaoua en présence de deux représentants de chaque club ainsi que leurs encadreurs. Tous les clubs ont été primés de la même manière à l’exception des deux (02) premiers dans chaque localité qui ont eu un Tee-shirt de plus. Les gadgets reçus sont composés d’un  fanion, d’un manuel pour la formation de base en droits humains et de  deux (02) tee-shirts.

Ces activités ne se sont pas réalisées sans difficultés. Ainsi la modestie des ressources matérielles et financières, les mouvements d’humeur en milieu scolaire, la fermeture des écoles suites aux mesures prises par le Gouvernement pour limiter la propagation du Covid-19 surtout n’a pas permis à d’atteindre pleinement les objectifs et à tous les établissements de mener leurs activités à l’image du Complexe scolaire notre Dame de l’Annonciation de Gaoua. Il serait alors judicieux d’allouer un budget conséquent pour l’accompagner  les clubs droits humains afin de leur permettre de réaliser beaucoup plus d’activités et d’accroitre leur visibilité ont suggéré les organisateurs. En dépit de tout, les activités des clubs droits humains et civisme de la région du Sud-ouest se sont bien déroulées s’est réjoui le Directeur régional des droits humains et de la Promotion civique du Sud-ouest Woubar METUOR SOMDA.

Dar Flavien DA



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *