.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Bouna : un carrefour pour parler coopération entre les peuples de l’espace volta noire


En marge de la septième édition du Festival des danses traditionnelles de Bounkani : FESTIBO, un atelier de renforcement des capacités des organisations de la société civile de l’espace communautaire Vota-Noire (ESCO-VOLTA) sur l’intégration des peuples, la sécurité transfrontalière et l’apatridie s’est ouvert  ce 03 décembre 2019 au conseil régional de Bounkani. Cette rencontre voulue par le conseil régional de la région du Bounkani et l’ONG Etoile du Bounkani s’est déroulée en présence d’autorités et acteurs de la société civile venus du Burkina, du Ghana et bien sûr de la Côte d’Ivoire.

C’est sous le signe du renforcement des capacités des organisations de la société civile de l’espace communautaire ESCO-VOLTA sur la problématique de l’intégration des peuples, la sécurité transfrontalière et l’apatridie que plus d’une soixantaine de leaders d’OSC de trois pays à savoir la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Ghana  ont décidé de se retrouver à Bouna en république de Côte d’Ivoire pour échanger sur la thématique. Pour Philippe HIEN, président du conseil régional de la région du  Bounkani, par ailleurs président de l’ESCO-VOLTA Noire, et président de ladite cérémonie : « L’espace volta noire est un cadre d’échange entre  leaders. Un cadre qui va leur permettre de se parler, de partager des expériences, afin de repousser la pauvreté, l’insécurité et  de créer un espace commun viable entre les peuples des trois pays de l’espace que sont le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Ghana ». Pour cet atelier de Bouna, et de l’avis du Président du conseil régional du Bounkani, cette initiative est de mener des réflexions devant aboutir à la mise en place d’une plateforme transfrontalière de coopération, d’échange et de partage d’expériences pour le développement intégré de notre espace et la résolution concertée des problèmes communs.

Et pour y arriver, il faut selon lui mettre en avant les leaders des organisations de la société civile afin d’avoir plus de chance de faire perdurer les actions communautaires de l’ESCO-VOLTA Noire. A noter que cette activité qui entre dans le cadre de la septième édition du FESTIBO a été initiée par le conseil régional de Bounkani et l’ONG Etoile du Bounkani en partenariat avec le Haut Conseil pour les Réfugiés (HCR)  de Côte d’Ivoire,. Et pour le président de l’ONG Etoile du Bounkani, Germain DAH, les thématiques qui seront développées à cet atelier permettront de promouvoir l’intégration des peuples et de faire en sorte que le phénomène de l’apatridie soit un vieux souvenir dans l’espace Volta noire. A l’ouverture de cet atelier, les responsables des délégations venues du Burkina Faso, du Ghana et des contrées de la Côte d’Ivoire ont tour à tour pris la parole pour saluer l’idée de la tenue de cette rencontre. PODA Sié dit « Gongone » chef de la délégation de la partie burkinabè tout en saluant la pertinence du thème s’est réjouit de la tenue de cette rencontre en espérant que les conclusions de cet atelier seront très bénéfiques pour le Sud-ouest du Burkina Faso. S’agissant également de la question sécuritaire au Burkina Faso, monsieur PODA tout comme Philippe HIEN pensent que la lutte contre l’insécurité ne doit pas non seulement être une question des armées, mais aussi un engagement personnel de toute la population. D’où l’intérêt pour les peuples de l’espace volta noire de s’unir pour résoudre leurs problèmes  communs.

En rappel, l’ESCO-VOLTA NOIRE, est un espace ou cadre de coopération transfrontalière  qui se veut un instrument fédérateur et d’intégration des peuples du Ghana, du  Burkina et de la Côte d’ivoire. C’est donc pour raffermir les liens historiques de coopération et d’intégration des peuples de ces trois pays que les collectivités territoriales sous l’impulsion de l’UEMOA se sont réunis à Bouna (Côte d’Ivoire) les 17 et 18 mai 2019, en atelier sous-régional de lancement des activités du cadre de coopération transfrontalière de l’espace Côte d’Ivoire – Burkina-Faso – Ghana. Ainsi donc cet atelier de décembre 2019 est  la continuité des activés entamées depuis le mois de Mai dernier.

Sansan Bertin SIB

tinosbs@gmail.com



Articles similaires

2 thoughts on “Bouna : un carrefour pour parler coopération entre les peuples de l’espace volta noire

  1. Som Sansan Raphael

    Bonjour M. Bertin Sib! Merci bien pour cet article ,il m’a été d’une aide précieuse! En effet, je suis étudiant en Master de Géographie et je travaille sur la coopération transfrontalière dans la région du Bounkani! Ces informations m’ont permis d’avancer de façon notable dans mes travaux de recherches! Merci de me tenir informé de toute éventuelle information sur la question!
    Merci bien à vous M. Sib!

    Reply
    1. Som Sansan Raphael

      Bonjour M. Bertin Sib! Merci bien pour cet article ,il m’a été d’une aide précieuse! En effet, je suis étudiant en Master de Géographie et je travaille sur la coopération transfrontalière dans la région du Bounkani! Ces informations m’ont permis d’avancer de façon notable dans mes travaux de recherches! Merci de me tenir informé de toute éventuelle information sur la question!
      Merci bien à vous M. Sib!

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *