.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Association Graine de la Paix : Les forces vives de la commune de Loropéni outillées sur la gestion et la prévention des conflits


« Gestion et prévention des conflits communautaires par la formation et la sensibilisation pour le renforcement de la cohésion sociale dans la commune de Loropéni ». C’est autour de ce thème que l’association Graine de la paix renforce les capacités des leaders religieux, administratifs, des coutumiers et des organisations de la société civile de la commune de Loropéni. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée ce 20 Août 2020.

La commune de Loropéni a été secouée par deux crises majeures en cette année 2020. Elles ont engendré des pertes en vies humaines et des dégâts matériels. C’est fort de ce constat que l’association graine de la paix a initié un atelier de renforcement des capacités des forces vives de cette commune. Grâce au programme «Intervention Non-Violente Active Rapide de Loropéni » , la tolérance, la non-violence active et les méfaits de la violence seront dispensés aux participants au cours des 48h de formation.

Deux allocutions ont été faites à l’ouverture de ladite session, celle de monsieur le maire et celle du secrétaire exécutif de l’association. Dans son mot d’ouverture le maire Sié Wolokourè Pooda a appelé les participants à s’impliquer d’avantage car «…une commune où les autorités sont obligées tout temps de courir pour séparer les bagarres ,elles n’auront pas le temps d’aller chercher des projets pour la communauté. Une société où les citoyens passent leur temps à faire la bagarre, ils n’auront pas le temps de se concentrer au développement » a-t-il conclut.

Le secrétaire exécutif de Graine de Paix, Pasteur Henoc Sib a fait dans son allocution la genèse de l’association depuis sa création et les objectifs recherchés. Il s’agit de semer les graines de la paix non seulement dans les communautés mais aussi dans les cœurs. Les conflits sont récurrents au sud-ouest et pour Henoc Sib, il est important de savoir comment les analyser et les gérer. Toutes les communautés aspirent à la paix a-t-il affirmé «Ce que nous sommes en train de faire, nous allons la semer non seulement au Sud-Ouest afin que l’impact se répercute sur le Burkina Faso et toute l’Afrique Nous voulons  une région de paix, un Burkina de paix. C’est pour cela cette année 2020, nous avons un programme qui couvre une bonne partie du Poni…»

  Plusieurs communications et des travaux en plénières ont été faits. Et pour les participants, cette session de formation est la bienvenue et plus tôt, elle pouvait sauver plus d’une situation dans la commune.Qu’à cela ne tienne, les graines de la paix semées vont bien pousser et promesse a été faite de bien les entretenir.

Cet atelier, premier du genre, est le début d’une série de quatre sur le programme. L’atelier débuté le 20 Août a pris fin ce 21 Août 2020

                   Kassoum SYLLA, correspondant communal. 



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *