.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

A propos d’une prétendue sécurité islamique : « Il faut défendre ce qui est juste », prévient Sayouba Traoré


Depuis quelques jours, les réseaux sociaux burkinabè s’enflamment sur le sujet de la création d’un « groupe de sécurité islamique » à Pouytenga ( Centre Est du Burkina ) qui, dans une vidéo, se présente comme « les défenseurs de la religion de Dieu et des biens des esclaves de Dieu ». Sur la question, Sayouba Traoré, journaliste et écrivain, tire la sonnette d’alarme.

L’actualité nationale au Burkina Faso parle de sécurité islamique. Ce matin, je souhaiterais dire un mot à ce sujet. Car tout croyant cherche ce qui est juste et cherche à défendre ce qui est juste. Nous cherchons d’abord parce que nous sommes simplement des hommes et que nous ne sommes pas sûrs de nos choix

Ce qui peut nous sembler juste au premier regard peut cacher autre chose. C’est même parce que nous sommes concients de ces limites de l’esprit humain que nous recherchons des conseillers et des guides.

On voit bien que le sujet est délicat. Tout simplement parce que la question touche à nos croyances. Si délicate que la plume hésite à aborder le sujet. Les plus avisés dirons qu’écrire sur de pareilles questions, c’est se chercher soi-même des problèmes. Or nous croyons que, dans la société des enfants de Dieu, cela ne devrait pas fonctionner ainsi. Un frère ne devrait pas craindre de parler à un frère.

Si la question est donc délicate, il nous faut beaucoup réfléchir. Réfléchir et se comporter comme des fils de Dieu. car Le Créateur nous a dotés d’un cerveau. Pour obéir donc à la volonté du Créateur, utilisons les capacités de ce cerveau qu’Il nous a donné pour penser le monde. Pour être juste, disons d’abord que la vie comporte des barrières. De bonnes barières et des mauvaises barrières. Une des bonnes barrières dit que chacun des hommes doit s’occuper de son domaine de compétence. Parce que si tout le monde devient spécialiste en tout, c’est la paralysie qui nous attend au bout du chemin. Pour dire qu’il revient au guide spirituel de s’occuper des choses de la religion. C’est bien pourquoi il ya des lieux dédiés pour cela : mosquée, église, temple, etc… Et il revient à l’Etat, c’est-à-dire au gouvernement et ses démembrements, de s’occuper des choses de la vie publique. Et parmi les choses de la vie publique, il y a la sécurité des hommes et des institutions. Là également il ya des endroits dédiés : caserne militaire, brigade de gendarmerie, commissariat de police, etc…

Imaginons un peu une ville du Burkina Faso dans laquelle les frères et soeurs catholiques auraient leur sécurité catholique. Les frères et soeurs protestants leur sécurité protestante. Les frères et soeurs musulmans leur sécurité islamique. Les frères et soeurs animistes leur sécurité animiste. Les frères et soeurs non-croyants leur sécurité athée. Les frères et soeurs libres penseurs leur sécurité libre pensée. Je vous le demande en âme et conscience et je demande à chacun de nous de penser la question en âme et conscience. En cas de conflit, même un léger conflit, suivant quelle loi régler le problème ? Autre questionnement. Si chacun doit régler ses problèmes suivant une législation spécifique, qu’est-ce qui fait alors que nous vivons ensemble ?

Je ne vous demande pas de me suivre moi simple humain pétri de défauts multiples, mais de penser l’affaire dans le secret de votre coeur. Soyez honnête avec vous mêmes et reconnaissez que même dans le cadre d’une famille, une telle organisation ne peut pas fonctionner. Portez cela au niveau de la nation et vous apercevrez le grave danger qui nous guette.

On me dira que, comme tout regroupement d’hommes, une mosquée a besoin de service d’ordre. Et je conviendrai humblement que c’est juste. Toutefois, cela devrait rester à l’intérieur de ce regroupeent de croyants. Mosquée, Eglise, Temple ou autre, ce service d’ordre religieux doit s’occuper de ce qui se passe dans le lieu de prière et n’a nullement vocation à déborder dans une société dans laquelle tout le monde ne partage pas cette croyance. Je suis né et j’ai grandi dans un univers musulman. Mes grands parents allaient à La Mecque à pied. Mon père bâtissait des mosquées. C’est dans cette foi que j’ai été élevé. Par conséquent, je ne souhaiterais pas qu’une sécurité catholique vienne me dire ce que je dois faire de ma vie. A mon tour, si mon coeur cherche réellement la vérité, je devrais comprendre et accepter qu’un catholique ne veuille pas être régenté par une sécurité islamique.

Il se trouve que musulmans, catholiques, protestants, animistes, libres penseurs, athées, tous ensemble nous devons vivre dans la même société, dans les mêmes villes, dans le même pays. Vivre ensemble, et en bonne entente. C’est-à-dire vivre comme frères et soeurs dans ce pays que nos ancêtres nous ont légué. Jusque là, nous avons su le faire sans heurts majeurs. Parce que nous savions que c’est à l’Etat de s’occuper de la sécurité des hommes et des institutions.

Et ce matin, je vous supplie humblement. Ne commençons pas une chose dont nous ne pouvons pas mesurer aujourd’hui les graves dangers que cela va entraîner sur nos têtes ! Un homme normal ne va pas chercher lui-même ses propres problèmes. Et là, notre responsabilité est plus grande. Car nous allons chercher des problèmes pour nous-mêmes et des problèmes pour tous nos frères et soeurs. Plus grave, nous savons bien que ce sont des problèmes que nos descendants devront gérer après notre mort.
Pour terminer, cette question : qu’est-ce qu’il y a qui serait difficile à comprendre dans tout ce que je viens de dire ? A moins que toute cette agitation cache autre chose…

Source: faso.net

Sayouba Traoré
Ecrivain – Journaliste




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *