.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Gaoua : des retraités refusent de se reposer et exercent de petits métiers


La retraite constitue la dernière séquence de  la vie d’un salarié. C’est une période de la vie du travailleur qui n’est pas toujours aisée à gérer car elle mérite une préparation pendant la période d’activité.  Après la retraite c’est une autre vie qui commence.  A Gaoua, certains  hommes et femmes retraités  se sont reconvertis en exerçant un petit métier.  Comment  vivent-ils, leur retraite une équipe de Bafujiinfos a bien voulu en savoir davantage.

       Ils sont des anciens salariés, après plusieurs années  de service  rendu à la nation, ils sont admis à la retraite.  C’est un moment de repos pour certain mais pour d’autres, il faut trouver de petits métiers à faire pour se maintenir en forme mais aussi pour compléter une pension qui n’est pas toujours suffisante.
Thérèse PALENFO est institutrice  admise à la retraite depuis 2012.  Elle s’est engagée de façon volontaire auprès d’une association  qui œuvre pour la lutte contre le VIH/Sida à Gaoua.   Âgée aujourd’hui de 66 ans, Thérèse PALENFO  exercice les activités de suivi-conseils.  Pour elle, ce fut un plaisir de travailler auprès de ses personnes après sa retraite. « Je suis venue à « vie solidaire » parce que j’aime beaucoup le social. Ça me plait de me rapprocher des gens, leur apporter un petit  réconfort, les appuyés. Un petit soutien ça ne fait rien. Je pense bien que si j’étais à la maison, je n’allais pas pouvoir me maintenir comme cela ». Elle poursuit en invitant les retraités qui peuvent exercer toujours à se trouver un petit métier « Tu es une personne âgée, tu es à la retraite  tu es en bonne santé, tu peux mener des activités génératrices de revenu, faire l’élevage, faire un petit champ. Nos parents qui sont au village qui ont même âge que nous, vont aux champs.  On n’est pas obligé de rester à la maison. La retraite ne veux pas dire s’asseoir à la maison manger, regarder la télévision et dormir, non !! Après la retraite lorsque tu as la possibilité de faire quelque chose il faut le faire » a-t-elle conseillé.

La retraite c’est une  autre étape de la vie. À 59 ans, Larwaté Palé est gérant de parking au centre médical de Gaoua. Militaire à la retraite depuis 2008, il a embrassé sa nouvelle carrière de Parker. Pour  lui,  avec ce métier il arrive à pallier un tant soit peu à certaines difficultés financières « La retraite, ce n’est pas facile et puis notre pension de militaire  n’est pas consistante. Rester à la maison sans rien faire n’est pas envisageable. C’est vraiment compliqué, ici  dans mon parking je gagne des fois 2500FCFA.  Si ça marche ça peut dépasser, donc ce que je gagne ici me permet de pouvoir gérer certaines dépenses en attendant ma pension trimestrielle ». Pour accéder aux concours de la fonction publique, cela nécessite une préparation.

Il en est  de même pour la retraite, Dahelté Hien, Adjudant de  gendarmerie  admis à la retraite en 2013 a 60 ans  aujourd’hui. Il est gérant d’un kiosque à café. Cette activité lui permet de jouir pleinement de sa retraite « Tout travailleur avant de partir à la retraite doit se préparer. Il ne faut pas  s’asseoir et attendre l’année de ta retraite et puis commencer à courir.  Ici je travaille, je me déplace c’est en même temps du sport, ça me maintient. Et ce que je gagne me permet de payer les factures d’électricités, le carburant. Vous voyez j’engage même des gens ici ».

Ces retraités  à travers leurs activités disent  participer au  développement économique du Burkina Faso. Une manière également pour eux de démontrer qu’après l’admission à la retraite, une seconde carrière est possible.

 Victorien DIBLONI

  victdiblo@gmail.com



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *