.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Situation nationale : une délégation gouvernementale échange avec les forces vives de la région du sud-ouest


Une délégation gouvernementale conduite par le Ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas OUARO a échangé avec la population de la région du sud-ouest le samedi 30 novembre 2019 sur la situation nationale. Cette situation est marquée par des attaques terroristes, un front social en ébullition et l’incivisme. Cette rencontre vise à partager la vision et les actions du gouvernement dans ce combat pour le rétablissement  de la sécurité et de la cohésion sociale.

C’est l’amphithéâtre de l’ENEP de Gaoua qui a servi de cadre à cette communion directe  entre le Gouvernement avec les forces vives de la région du sud-ouest. Au cours de cette rencontre, le Ministre Stanislas OUARO a dépeint la situation nationale qui est marquée par les attaques, les grèves à répétition et la montée de l’incivisme. Parlant de l’insécurité, le Ministre OUARO a laissé entendre que depuis plus de quatre ans le Burkina Faso est en proie à des attaques terroristes de plus en plus récurrentes et meurtrières notamment dans la région du Sahel. Cette insécurité s’est propagée dans d’autres régions du pays touchant celles du Nord, de l’Est, de la Boucle du Mouhoun et du centre Nord principalement. Ces attaques ont causé de nombreuses victimes parmi les FDS ainsi que dans la population civile. Et ont également engendré des effets néfastes sur les efforts de développement socio-économique de notre pays avec un pillage systématique du bétail, la destruction des moyens de production et même la destruction de récoltes, de lieux de commerce, la fermeture d’écoles, de centres de santé et des attaques des édifices religieux où aussi on a l’assassinat de religieux a expliqué le chef de cette délégation gouvernementale.

Outre ces attaques, il faut noter l’exacerbation du front social qui a atteint un niveau jamais égalé dans l’histoire du Burkina Faso. « Depuis 4 ans, on a assisté à des revendications liées à l’amélioration des conditions de vie des travailleurs et qui ont négativement impacté la marche de notre pays vers le développement. Des grèves à répétition, des mouvements dits d’humeur qui ont  porté un coup dur au fonctionnement de l’administration publique » a souligné le Ministre. Il a également noté la montée de l’incivisme et de l’intolérance qui se manifestent  par des comportements déviants et criminels.  Face à une telle situation qui compromet sérieusement  la survie de la nation burkinabè et l’intégrité du territoire, un sursaut  collectif et patriotique s’impose  a suggéré Stanislas OUARO. Et c’est à ce titre a-t-il ajouté que le président a constamment réitéré ses appels au peuple burkinabè à œuvrer pour l’unité nationale, la cohésion sociale face aux différentes adversités. Le président a par ailleurs   instruit les membres du gouvernement à parcourir les différentes circonscriptions administratives pour relayer ses différents appels et rassurer les populations qui sont impatientes de voir s’opérationnaliser le recrutement de volontaires qui est en cours de préparation. Ce volontariat a expliqué le Ministre sera géré par les Ministères de la sécurité, de la défense et de l’administration du territoire. Il attend une mobilisation générale autours des différents appels du chef de l’état et le recrutement de volontaires pour défendre la patrie. Le peuple burkinabè a toujours été résilient dans les difficultés même les plus extrêmes. La conviction du chef de l’état et du gouvernement est que notre peuple saura puiser les ressources dans les valeurs historiques qui ont toujours fondé notre vivre ensemble où à travers leur sang et leur sueur relever le défi de la cohabitation pacifique légendaire, vaincre l’ennemi qui après avoir échoué à nous opposer les uns aux autres nous acculent par désespoir. Il a invité les uns et les autres à travailler à faire en sorte que le climat social soit apaisé car l’enjeu aujourd’hui, c’est la préservation de l’unité nationale, de l’intégrité du territoire, la consolidation de notre vivre ensemble et enfin les poursuites des actions de développement national et local à travers la mise en œuvre du PNDES. En dépit de tout, il n’est pas question de négocier avec les groupes terroristes.

Les populations de la région du sud-ouest se sont fortement mobilisées pour cette rencontre. Le Gouverneur de la région  a rassuré la délégation gouvernementale de la mobilisation des volontaires en cas de besoin. « Au niveau de la région du sud-ouest, il y a un potentiel en matière de mobilisation des volontaires. A côté des FDS, il y a un groupe d’auto-défense qui est assis sur un socle culturel, les Dozos qui depuis la nuit des temps protègent la nature, connaissent ce qui se trouve dans les forêts parce que c’est leur milieu d’évolution. Nous allons demander leur concours pour qu’ils nous aident à maitriser la forêt, dans la collecte du renseignement et si besoin en est dans la neutralisation de certaines forces obscures » a-t-il dit.  Avant l’entame de cette rencontre, l’assistance a observé une minute de silence en la mémoire des victimes des attaques terroristes.

Dar Flavien DA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *