.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Festival des Arts du Sud-Ouest : c’est parti pour quatre jours de réjouissance à Gaoua


Le top départ des activités du Festival des arts du sud-ouest (FASO) a été donné le jeudi 28 novembre 2019 à la maison de l’appelé de Gaoua. Discours et prestations d’artistes étaient au programme de cette cérémonie d’ouverture de la deuxième édition. C’est l’art du spectacle qui sera mis en exergue cette année. Ainsi durant quatre, une pléiades d’artistes  locaux et nationaux monteront sur scène pour égailler la population de Gaoua. A côté, les festivaliers auront droit à une exposition de divers produits.

C’est parti pour la deuxième édition du FASO. Le lancement officiel est intervenu le jeudi 28 novembre 2019 à Gaoua, lieu de l’apothéose de la caravane débutée le 19 juin 2019 à Batié et qui a fait le tour de quelques villes de la région. Cette cérémonie d’ouverture a été présidée par Honoré KARA, conseiller technique du Gouverneur en charge de la culture. Il a encouragé les initiateurs pour leur contribution à l’éclosion des talents. «  Ce festival est à sa deuxième édition, c’est l’occasion pour nous de saluer cette initiative et de féliciter les organisateurs. Il vient apporter une plus-value et permet de découvrir beaucoup de talents dans le domaine des arts et d’autres domaines » a-t-il dit. Idrissa OUEDRAOGO, directeur régional en charge de la culture, partage cette conviction du conseiller technique. «Le FASO est une initiative culturelle qui apporte une plus-value à la dynamisation de l’action culturelle au niveau de la région du sud-ouest. C’est vrai qu’avant ce festival, il y en avait d’autres.  Mais ce festival est venu donner un intérêt particulier, susciter encore plus de mobilisation de l’ensemble des acteurs autour de l’intérêt commun qui est la promotion et la valorisation de nos valeurs culturelles propres à la région et au Burkina Faso ». Il a invité les organisateurs de ce festival à persévérer pour sa pérennisation. « Que cette initiative puisse grandir. Tout début est difficile, il y a des insuffisances, des failles, mais ce n’est pas pour autant que les organisateurs doivent se décourager. Ils doivent s’appuyer sur ces insuffisances pour que cette initiative puisse grandir à la troisième édition » a-t-il laissé entendre. Cette première journée du FASO a mobilisé artistes, exposants et festivaliers.Pour le promoteur de ce festival, Nifabom Romuald Pascal dit « Petit Jésus » « C’est encourageant, je suis très satisfait. Je souhaite que les populations  puissent adhérer à cette initiative parce que c’est leur festival. Ce soir, je suis ému ». Pour cette édition c’est l’art du spectacle qui est mis en exergue. C’est pourquoi on a fait des spectacles dans les provinces et le bouquet final c’est à Gaoua a-t-il dit. Pour ce qui est des activités, il y aura les prestations d’artistes et une foire. Compte tenu des contraintes budgétaires certaines activités prévues ne pourront pas se réalisées. Par conséquent il demande aux partenaires de l’accompagner pour les prochaines éditions.

Le deuxième adjoint au Maire de la commune de Gaoua, Djénité HIEN  s’est réjoui de la tenue d’un tel évènement dans sa commune qui pourra contribuer à l’épanouissement de la population. Pour l’Abbé Ferdinand, président du comité d’organisation, malgré les difficultés liées notamment au manque de sponsors, cette édition a pu se tenir. Elle vient consolider les acquis de la première édition qui a porté sur l’art culinaire de la région et mettre en exergue l’art du spectacle cette année. Cette cérémonie a été ponctuée d’animations musicales qui se sont poursuivies jusque tard dans la nuit.

Dar Flavien DA



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *